Dimanche 23 septembre 2018 | Dernière mise à jour 20:02

France Gendarme héroïque: de la fiction à la réalité

Quelques mois avant de donner sa vie à Trèbes (F), Arnaud Beltrame dirigeait une simulation d'attentat... dans un supermarché.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Arnaud Beltrame, le gendarme qui a donné sa vie en se substituant à une otage à Trèbes (F) vendredi dernier, dirigeait quatre mois plus tôt une simulation d'attentat à Carcassonne (F), rapporte La Dépêche.

Un exercice au scénario qui semble aujourd'hui tristement prémonitoire puisqu'il s'agissait pour les agents de se préparer en cas de tuerie de masse... dans un supermarché. Le lieutenant-colonel commandait pour l'occasion une soixantaine de gendarmes équipés de fusils paintball, «pour être au plus proche de la réalité», expliquait-il au quotidien français.

Mais vendredi, la fiction est devenue réalité, et ce sont avec de vraies armes que les gendarmes sont intervenus dans un supermarché de Trèbes (F). Arnaud Beltrame y a laissé la vie, tentant héroïquement de libérer les otages.

(Le Matin)

Créé: 24.03.2018, 14h18

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.