Lundi 17 juin 2019 | Dernière mise à jour 14:08

Accident d'hélicoptère en France Le milliardaire chinois et ses compagnons restent introuvables

Les recherches ont continué samedi pour retrouver les trois derniers occupants d'un hélicoptère qui s'est écrasé vendredi avec quatre passagers dont un milliardaire chinois, acquéreur jeudi d'un vignoble bordelais.

James Grégoire et Lam Kok sont tous deux portés disparus à la suite du crash d'un hélicoptère.

James Grégoire et Lam Kok sont tous deux portés disparus à la suite du crash d'un hélicoptère. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Aux commandes de l'appareil, tombé dans la rivière Dordogne, se trouvait James Grégoire, qui avait vendu son domaine du Château de La Rivière à l'homme d'affaires chinois Lam Kok, 46 ans, président du groupe Brilliant, spécialisé dans le négoce de thés prestigieux et l'immobilier de luxe.

Avec son fils âgé de 12 ans et un conseiller financier chinois également interprète, ils avaient pris place à bord de l'hélicoptère. Vendredi autour de minuit, avant l'interruption des recherches pour la nuit, l'épave avait été repérée et le cadavre de l'adolescent, qui gisait à l'arrière de l'appareil, avait été sorti des eaux par sept mètres de fond.

Depuis l'aube samedi, des brigades nautiques avec des plongeurs ont tenté de retrouver les trois disparus. Les secours ont sorti des eaux plusieurs petits morceaux de tôle de la carlingue de l'hélicoptère et les gendarmes ont confié que «les recherches étaient rendues difficiles en raison d'un fort courant».

Un sonar spécialisé dans la recherche de personnes sera mis en service dimanche sur les lieux de l'accident, et si plus de 100 gendarmes sont déjà mobilisés, «d'autres renforts vont arriver», a indiqué un colonel de la gendarmerie.

Une délégation de l'ambassade de Chine en France s'est rendue samedi sur les lieux pour suivre les recherches et apporter assistance auprès des familles, avant d'être reçue par les autorités judiciaires de Libourne.

Une journée de célébrations

Ce survol en hélicoptère au-dessus des 65 hectares de vignes en appellation Fronsac devait ponctuer une journée de célébrations de la vente du château conclue jeudi, «le plus gros investissement chinois à ce jour dans le vignoble bordelais en terme de valeur», avait assuré le directeur général du domaine, Xavier Buffo.

L'avocat et le conseiller financier de la famille Kok, présents jeudi à la signature et repartis vendredi, sont revenus auprès de Mme Kok. «Je ne préjuge pas de ce que Madame Kok fera du château dans l'avenir, mais pour l'heure, elle fait preuve de courage et d'une grande responsabilité», a indiqué le maire socialiste de Libourne Philippe Buisson, rappelant «la relation de confiance» qu'il avait tissée avec les époux, rencontrés à de nombreuses reprises avant leur investissement dans le Libournais.

Lam Kok, son épouse et leur enfant avaient été présentés vendredi aux équipes du Château et un repas avait ponctué les célébrations.

Le projet du nouveau propriétaire, «hormis de continuer à élever la qualité des vins», était «de créer un haut-lieu d'échanges culturels autour du thé et du vin», avait assuré Xavier Buffo, annonçant le projet de construction d'un «équipement hôtelier de très haut standing pour la dégustation de thés et de vins», le groupe Brilliant possédant en Chine des établissements hôteliers de luxe, des plantations de thés autour de la ville de Pu'er, dans la province du Yunnan, et des centres commerciaux.

Le précédent propriétaire du Château de La Rivière, Jean Leprince, avait, en février 2002, trouvé la mort à l'âge de 66 ans dans un accident d'avion lui appartenant. Et en 2003, James Grégoire avait racheté la propriété. (afp/nxp)

Créé: 21.12.2013, 21h46

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Les plus partagés Monde