Samedi 17 août 2019 | Dernière mise à jour 16:37

France Le «super flic» Michel Neyret est révoqué

Le ministre français de l'Intérieur a décidé vendredi «la révocation» d'une ex-star de la police française, ancien numéro 2 de la police judiciaire de Lyon (Sud), soupçonné d'avoir renseigné certains truands et d'avoir reçu des cadeaux.

Michel Neyret mis en examen en octobre 2011 notamment pour corruption et trafic d'influence.

Michel Neyret mis en examen en octobre 2011 notamment pour corruption et trafic d'influence. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le commissaire Neyret qui traquait bandits, braqueurs et trafiquants dans le sud-est de la France, avait comparu mardi devant le conseil de discipline des policiers. L'instance disciplinaire avait recommandé sa révocation, sanction la plus haute possible, et a été suivie par le ministre Manuel Valls.

«Au-delà des carrières qui parfois sont de très grande qualité, à ce niveau-là, un policier doit être exemplaire», avait relevé le ministre Manuel Valls au micro d'une radio.

Le commissaire aux brillants états de service - que ses anciens patrons ont qualifié de «grand flic», «absolument loyal et exceptionnel» - a finalement été accusé d'avoir puisé dans les fiches de police afin de renseigner des «amis», membres présumés du milieu.

Parmi les «cadeaux» qu'il aurait reçu d'eux, figure un voyage de cinq jours en 2011 dans un luxueux hôtel de Marrakech ou encore une montre de quelque 30'000 euros.

«Faveurs» de truands

L'ancien «super flic» ne s'est jamais publiquement exprimé sur le fond du dossier. S'il a concédé des «imprudences» en acceptant cadeaux et «faveurs» de truands, il a toujours réfuté tout enrichissement personnel.

Mis en examen en octobre 2011 notamment pour corruption et trafic d'influence, il avait été remis en liberté en mai, après avoir passé près de huit mois en prison à Paris. Placé depuis sous un strict contrôle judiciaire, il vit dans l'Est de la France où il pointe chaque jour à la gendarmerie.

La recommandation de le révoquer avait été décrite par ses avocats comme «infamante à l'endroit d'un homme qui a servi pendant près de 30 ans la République et qui a servi ses concitoyens de façon exemplaire». (afp/nxp)

Créé: 07.09.2012, 20h39

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.