Vendredi 25 mai 2018 | Dernière mise à jour 08:35

Californie Maison de l'horreur: les enfants étaient brûlés, étranglés, torturés

Dix enfants d'une même fratrie ont été retrouvés vivants dans des conditions sordides dans une maison de Californie, où ils étaient torturés physiquement et psychologiquement.

Galerie photo

Maison de l'horreur en Californie

Maison de l'horreur en Californie La police a découvert une nouvelle maison de l'horreur, en Californie. Treize frères et sœurs étaient enfermés, certains enchaînés, et affamés par leurs propres parents.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«De manière continue, les enfants étaient frappés, étranglés, mordus, visés avec des armes telles que des arbalètes et des pistolets à air comprimé, frappés avec des armes telles que des bâtons et des battes de baseball, soumis à la torture du waterboarding (simulation de noyade)», selon l'acte d'accusation établi par le parquet, et que l'AFP a pu consulter. Certains ont également été brûlés avec de l'eau bouillante, selon la même source.

«En raison de ces abus répétés, les enfants ont de multiples formes de cicatrices, ainsi que des bras cassés» pour certains, a précisé le ministère public. Ina Rogers, la mère âgée de 30 ans, et son mari Jonathan Allen, 29 ans, ont été arrêtés le 31 mars à leur domicile de Fairfield, au nord de San Francisco, après que la police a répondu à un appel à propos d'un enfant disparu.

Blottis les uns contre les autres

En entrant dans la maison, les agents ont alors découvert les enfants blottis les uns contre les autres sur le parquet du salon. La maison était dans un état répugnant, avec des habits, poubelles et excréments éparpillés ça et là (nos photos AFP). Les enfants ont été mis en sécurité et ce n'est que lors de l'enquête qui s'ensuivit que les cas d'abus sadiques ont été révélés. «Au cours de l'enquête, les enfants ont décrit en détails les cas d'abus», ont précisé les autorités californiennes.

Il ont notamment déclaré que leur mère Ina Rogers était au courant de ces faits, qui remontent à plusieurs années, et qu'elle y aurait elle-même participé. Mme Rogers, qui avait initialement été inculpée d'un seul chef d'accusation mineur, fait donc maintenant face à neuf chefs d'accusation de maltraitance d'enfants, qui correspondent à des crimes. Elle a été placée en détention, et sa caution portée à 495'000 dollars (autant de francs suisses).

Le père, principal auteur des tortures, est également en détention. Il est inculpé pour sept chefs d'accusation de torture et neuf d'abus. L'affaire rappelle une autre sinistre découverte en Californie, plus tôt cette année: celle des époux Louise et David Turpin, qui ont séquestré et affamé leurs treize enfants pendant plusieurs années, et ont été inculpés en janvier pour torture et maltraitance (nos articles en lien). (afp/nxp)

Créé: 17.05.2018, 07h25

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.