Samedi 25 mai 2019 | Dernière mise à jour 17:31

Malaisie Une ado se suicide après un sondage sur Instagram

Une jeune fille de 16 ans a mis fin à ses jours après avoir demandé à ses followers de choisir si elle devait vivre ou mourir.

«Très important, aidez-moi à choisir entre D/L», a écrit la jeune ado sur son compte Instagram.

«Très important, aidez-moi à choisir entre D/L», a écrit la jeune ado sur son compte Instagram. Image: Capture d'écran Twitter

Suicidaire? Faites-vous aider!

«Chercher de l'aide n'est pas un aveu de faiblesse ! C'est un démarche courageuse et positive», affirme l’association Stopsuicide ( https://www.stopsuicide.ch/site/content/trouver-de-laide ), dont la mission est de parler, faire parler, informer, sensibiliser et augmenter les possibilités de prévention.

N'hésitez pas à téléphoner, notamment aux structures suivantes : «La Main Tendue» (composer le 143), la «Ligne d'aide pour jeunes» (composer le 147), «Malatavie Ligne Ados» (HUG - Children Action), 022 372 42 42.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une adolescente malaisienne qui avait publié un sondage sur son compte Instagram demandant si elle devait vivre ou mettre fin à ses jours s'est suicidée après avoir vu la majorité de ses followers voter pour la mort.

«Aidez-moi à choisir»

La jeune fille, âgée de 16 ans et habitant à Kuching dans l'Etat malaisien de Sarawak, est «subitement» morte après avoir posté ce sondage sur le réseau social lundi, a déclaré la police citée par les médias locaux.

«Très important, aidez-moi à choisir entre D/L», a-t-elle écrit sur son compte selon le site internet d'informations Astro Awani, les lettres «D» se référant apparemment à la mort (death en anglais) et «L» à la vie (life).

69% des internautes qui ont voté pour la mort et 31% pour la vie, selon la police. Ce suicide a déclenché de multiples réactions en Malaisie.

«Un problème national»

Le député Ramkarpal Singh a appelé à l'ouverture d'une enquête «pour éviter d'autres abus sur les réseaux sociaux dans de semblables circonstances à l'avenir». Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Syed Saddiq, s'est dit inquiet pour la santé mentale des jeunes en Malaisie. «C'est un problème national qui doit être traité sérieusement», a-t-il déclaré.

Ching Yee Wong, la responsable de la communications d'Instagram pour l'Asie Pacifique a transmis ses condoléances à la famille.

Elle a reconnu que le réseau social détenu par le groupe Facebook avait «l'importante responsabilité de s'assurer que les gens qui utilisent Instagram se sentent en sécurité et soutenus». Et elle a appelé ceux qui y recourent «à utiliser les outils de signalement et à contacter les services d'urgence s'ils voient que la sécurité de quelqu'un est en danger».

Suicide et automutilation

Cette affaire rappelle la polémique suscitée par la mort de Molly Russell, une adolescente britannique qui s'était suicidée en 2017 à l'âge de 14 ans après avoir visionné des contenus liés à l'automutilation et au suicide sur Instagram.

Elle avait suscité un vaste débat sur l'usage des réseaux sociaux par les enfants et sur la régulation des contenus.

En février, Instagram, qui interdisait déjà toute publication encourageant ou promouvant suicide ou automutilation, a décidé d'interdire les photos montrant des blessures infligées à soi-même. (afp/nxp)

Créé: 15.05.2019, 13h28

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.