Dimanche 19 mai 2019 | Dernière mise à jour 22:37

France Cathédrale Notre-Dame: le feu est «maîtrisé»

Un gigantesque incendie, enfin maîtrisé, a embrasé la cathédrale parisienne lundi soir. Macron a promis de «rebâtir».

Galerie photo

Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes

Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes Un immense incendie a embrasé l'emblématique cathédrale parisienne.Les dégâts sont considérables et les pertes inestimables.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'incendie, apparemment accidentel, de la cathédrale Notre-Dame de Paris a été maîtrisé tôt mardi matin par les pompiers qui ont réussi à sauver la structure de l'édifice, qu'Emmanuel Macron a promis de «rebâtir».

«Le pire a été évité même si la bataille n'est pas encore totalement gagnée», a déclaré le président français sur le parvis de l'édifice sinistré. Mais «cette cathédrale, nous la rebâtirons», a-t-il promis.

«Le feu est complètement maîtrisé. Il est partiellement éteint, il reste des foyers résiduels à éteindre», a expliqué à l'AFP le lieutenant-colonel Gabriel Plus, porte-parole des pompiers de Paris. Il aura fallu plusieurs heures à 400 pompiers pour venir à bout des flammes qui leur ont fait craindre à un moment de «voir la structure s'effondrer».

Malgré tout, le «bilan matériel est dramatique» ajoute-t-il avant de détailler: «l'ensemble de la toiture est sinistrée, l'ensemble de la charpente est détruite, une partie de la voute s'est effondrée, la flèche n'existe plus». La flèche qui surplombait ce joyau gothique, monument le plus visité d'Europe, n'existe plus, ni les vitraux centenaires. Un blessé grave a été signalé dans les rangs des combattants du feu.

L'incendie s'est déclaré peu avant 19H00 et s'est propagé à grande vitesse, emportant la toiture de la cathédrale construite entre le XIIe et le XIVe siècle au coeur de la capitale. Il a pris dans les combles de l'édifice, ont indiqué les pompiers, évoquant «un feu difficile». Il semble être parti au niveau d'échafaudages installés sur son toit.

Monument historique le plus visité d'Europe, la cathédrale gothique est inscrite au patrimoine mondial de l'humanité depuis 1991. Entre 12 à 14 millions de touristes visitent chaque année ce chef-d'oeuvre de l'architecture gothique situé sur l'île de la Cité et des milliers de personnes, Parisiens et touristes, ont assisté au désastre.

Enquête ouverte

Une course contre la montre s'était engagée en début de soirée à Paris pour tenter de maîtriser ce violent incendie. L'effroi et une immense tristesse se sont emparés de milliers de Parisiens et touristes rassemblés à proximité de cette cathédrale, véritable ADN de la capitale française, sidérés par les flammes intenses et jaunes ravageant le monument et l'odeur de brûlé envahissant les rues.

«La physionomie de Paris va changer, c'est terrible», a dit Marie, retraitée parisienne qui vit à quelques rues de la Seine. «Un haut-lieu de la foi catholique est en train de brûler», a déploré auprès de l'AFP le porte-parole des évêques de France. Reliques conservées au sein de l'édifice, la couronne d'épines et la tunique de saint Louis ont toutefois pu être sauvées, selon le recteur de la cathédrale, Patrick Chauvet.

Une enquête a été ouverte du chef de «destruction involontaire par incendie», a précisé dans la soirée le parquet de Paris. La piste d'un départ de feu accidentel depuis le chantier de rénovation en cours sur le toit de la cathédrale «retient l'attention des enquêteurs en l'état des investigations», a précisé une source proche du dossier. Les ouvriers du chantier étaient entendus lundi soir par les enquêteurs, selon le parquet de Paris.

La cathédrale célébrée par Victor Hugo, l'une des plus grandes d'Occident, est depuis son origine l'un des monuments les plus emblématiques de la ville et mondialement connu. Notre-Dame est intimement mêlée à l'histoire des Parisiens: c'est son gros bourdon qui, le 24 août 1944, leur annonce la Libération du joug nazi et qui, 26 ans plus tard, accueille les obsèques du chef de la Résistance, le général Charles de Gaulle.

Les images très impressionnantes de l'incendie, et en particulier de l'effondrement de la célèbre flèche - dressée sur les quatre piliers du transept avec ses 93 mètres de haut - et d'une partie de la toiture, diffusées en direct par télévisions et réseaux sociaux dans le monde, ont provoqué une émotion internationale.

Collecte nationale

«Symbole de la France», une catastrophe «terrible à voir», des «scènes déchirantes» : de Berlin, Londres, Washington et d'autres capitales, du Vatican ou de Jérusalem, du Brésil, de Grèce ou de Turquie, les réactions se sont multipliées lundi soir. Le Vatican a exprimé son «incrédulité» et sa «tristesse» lundi soir, évoquant un «symbole de la chrétienté, en France et dans le monde».

L'organisation des Nations unies pour la culture, l'Unesco, se tient aux «côtés de la France pour sauvegarder et réhabiliter ce patrimoine inestimable» qu'est la cathédrale Notre-Dame, a tweeté sa directrice générale Audrey Azoulay.

La Fondation du patrimoine, organisation privée qui oeuvre à la sauvegarde du patrimoine français, va lancer mardi une «collecte nationale» pour la reconstruction de la cathédrale, a-t-elle annoncé dans un communiqué à l'AFP.

«On va être partis pour des années de travaux», a déclaré sur Twitter le président de la Conférence des évêques de France (CEF), Eric de Moulins-Beaufort. Dans la nuit, la famille Pinault, l'une des plus riches de France, a annoncé débloquer 100 millions d'euros pour Notre-Dame.

Plusieurs journaux français ont préparé des Une poignantes pour mardi. «NOTRE DRAME», titre «Libération» sur une photo de la flèche en train de s'effondrer. «Le coeur en cendres», titre de son côté le quotidien catholique «La Croix».

Cet incendie s'est produit au premier jour des célébrations de la Semaine sainte qui mène à Pâques, principale fête chrétienne. (afp/nxp)

Créé: 15.04.2019, 19h22

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.