Mardi 17 septembre 2019 | Dernière mise à jour 01:42

Royaume-Uni Un tueur de papillons échappe à la prison

Le lépidoptériste avait tué deux spécimens du papillon le plus rare du pays, et hautement protégé.

Les «Maculinea arion» sont les papillions les plus rares de Grande-Bretagne.

Les «Maculinea arion» sont les papillions les plus rares de Grande-Bretagne. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un collectionneur britannique reconnu coupable d'avoir tué deux spécimens du papillon le plus rare du pays, le Grand bleu, a été condamné vendredi à six mois de prison avec sursis et 250 heures de travaux d'intérêt général.

Les juges ont reconnu Philip Cullen, 57 ans, coupable d'«avoir tué, capturé et possédé des Grands Bleus, une espèce protégée de papillon très en vogue à l'époque victorienne.

Vendredi, le tribunal de Bristol lui a également infligé une interdiction d'approcher pendant cinq ans trois réserves naturelles où le papillon est connu pour évoluer. Il doit en outre payer 300 livres de frais de justice.

Une première historique

»C'est un cas unique, il n'y a jamais eu de poursuites pour capture et meurtre (de papillons) dans le passé«, avait relevé le procureur Kevin Withey. »Il a beaucoup de remords et s'intéresse à la nature et la vie sauvage depuis longtemps", a déclaré son avocat Michael Hartnell.

Philip Cullen a été repéré en train d'attraper des Maculinea arion sur deux sites protégés dans le Gloucestershire puis le Somerset (sud-ouest) le jour suivant. La police a perquisitionné son domicile à Bristol en février 2016 et retrouvé un grand nombre de papillons morts, dont deux Grands bleus.

Il négociait sur eBay

Les enquêteurs avaient retrouvé la trace du collectionneur sur eBay, où il négociait les papillons. Il a affirmé les avoir achetés dans des fermes d'élevage en Europe.

Répertoriés dès 1795, les Grands Bleus ont disparu du Royaume-Uni en 1979 puis ont été réintroduits de Suède en 1983 sur une dizaine de sites protégés. D'après l'ONG Butterfly Conservation, il existe un marché noir du Grand bleu. Retouchés de façon à passer pour remonter à l'époque victorienne, ils se négocient entre 200 et 300 livres (230 et 350 euros) pièce. (afp/nxp)

Créé: 07.04.2017, 16h00

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.