Samedi 30 mai 2020 | Dernière mise à jour 16:39

Espagne Milliers de manifestants contre l'avortement à Madrid

Sous les cris de «Avorteurs, assassins», les personnes opposées à l'IVG poussent le premier ministre à tenir ses engagements. Il voulait restreindre ce droit mais s'est rétracté.

Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy avait promis avant son élection en 2011 de durcir la loi sur l'avortement.

Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy avait promis avant son élection en 2011 de durcir la loi sur l'avortement. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des dizaines de milliers d'Espagnols ont manifesté ce samedi 22 novembre à Madrid pour demander au gouvernement de remplir son engagement de restreindre le droit des femmes à l'avortement. «Avorteurs, assassins», criaient certains. «Oui à la vie, non à l'avortement».

Une promesse de Rajoy

Brandissant des drapeaux portant le slogan «Chaque vie compte», les manifestants ont traversé la capitale, sifflant avec colère lorsqu'ils sont passés devant le siège du Parti populaire (PP, conservateur), a constaté un journaliste de l'AFP.

Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy avait promis avant son élection en 2011 de durcir la loi sur l'avortement. Mais il a abandonné ce projet en septembre en raison de dissensions sur cette question au sein de son propre parti.

Ce recul a suscité la colère de nombre de ses partisans. Ceux-ci ont brandi la menace de ne pas voter pour lui aux prochaines élections générales, prévues en décembre 2015. (ats/nxp)

Créé: 22.11.2014, 17h06

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.