Mercredi 19 février 2020 | Dernière mise à jour 16:50

Exploration spatiale Il faudra payer pour suivre les Américains sur la Lune

Qui suivra les Etats-Unis sur la Lune? Tout dépendra des contributions financières, dit la Nasa.

Jim Bridenstine, administrateur de l'agence spatiale américaine.

Jim Bridenstine, administrateur de l'agence spatiale américaine. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le chef de la Nasa a dit jeudi que le choix des premiers pays à envoyer leurs astronautes sur la Lune, après les Américains, dépendrait des contributions internationales au programme développé par les Etats-Unis pour le retour sur la Lune.

«Quand on fera le compte des contributions de nos partenaires internationaux à cette opération, vous pouvez imaginer que beaucoup de pays se seront engagés à un niveau suffisant pour réclamer d'avoir un astronaute sur le sol lunaire», a déclaré Jim Bridenstine, administrateur de l'agence spatiale américaine, lors d'une conférence de presse au 70e Congrès astronautique international, qui se tient cette semaine à Washington.

Européens et Japonais ont publiquement dit qu'ils voulaient envoyer leurs astronautes dans le cadre du programme Artémis, dont le calendrier prévoit un premier alunissage de deux Américains en 2024, avec d'autres missions ensuite.

«Nous voulons qu'ils aient leurs astronautes sur la Lune. Notre but est que de nombreux pays vivent et travaillent sur la Lune en même temps», a dit Jim Bridenstine. Dans le cas de la Station spatiale internationale (ISS), 15 pays collaborent (Etats-Unis, Russie, Canada, Japon et des pays européens) et des astronautes de 19 nationalités y ont séjourné. Dans le cas de l'Agence spatiale européenne, le partenariat se fait sur la base du troc et de contributions en nature.

«Beaucoup d'opportunités»

«Sera-ce le deuxième alunissage? Je ne sais pas, cela dépendra sans doute de ce qui se passera au premier, mais il y aura beaucoup d'opportunités», a poursuivi Jim Bridenstine.

Il a redit que la mini-station en orbite lunaire que les Américains entendent assembler, la Gateway, aura une durée de vie d'au moins 15 ans et une «architecture ouverte»: les standards pour les ports d'amarrage, pour les systèmes de soutien de la vie (oxygène, eau, température...) et pour les systèmes de navigation et de communication seront publics, ouverts à des vaisseaux non américains, voire privés.

«Si les autres pays veulent leur propre atterrisseur pour envoyer des humains sur la Lune, ils pourront le construire car la Gateway sera en architecture ouverte», a-t-il expliqué. (afp/nxp)

Créé: 24.10.2019, 18h54

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.