Mardi 18 juin 2019 | Dernière mise à jour 18:59

Paris Les Femen perturbent la visite privée du président tunisien

Trois féministes ont perturbé vendredi la visite privée du président Moncef Marzouki à Paris, également accueilli par plusieurs dizaines d'opposants lui demandant le nom des assassins de Chokri Belaïd.


Des Femen maîtrisées par la sécurité alors qu'elles interrompaient une conférence du président tunisien Moncef Marzouki (droite) à l'Institut du Monde Arabe, à Paris. (Image: AFP )

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Trois femmes ont interrompu, les seins nus, le début de la conférence que le président tunisien allait donner à l'Institut du Monde arabe (IMA) à Paris.

«Je suis assez surpris par la forme (de cette manifestation)», a déclaré le président tunisien après l'action des Femen, un mouvement parti d'Ukraine qui a essaimé dans plusieurs pays.

«Libérez Amina!», ont eu le temps de crier les trois militantes, en référence à la jeune tunisienne de 19 ans qui se cache depuis la diffusion de photos d'elle les seins nus par peur des représailles des islamistes.

Les trois femmes ont été expulsées après s'être précipitées l'une après l'autre sur le directeur de l'IMA, l'ancien ministre Jack Lang, qui souhaitait la bienvenue à Moncef Marzouki.

Opposant tué

A l'extérieur de l'IMA, plusieurs dizaines de Tunisiens avaient auparavant manifesté contre le président tunisien venu en visite privée présenter son livre «L'invention d'une démocratie».

Les opposants, dont des représentants du parti Nida Tounès, ont détourné le titre de l'ouvrage sur des pancartes dénonçant «l'assassinat d'une démocratie» ou «l'invention d'une atteinte aux droits humains», a constaté une journaliste de l'AFP.

«Qui a tué Chokri Belaïd?», s'interrogeaient-ils aussi en référence à l'assassinat de l'opposant laïc à Tunis le 6 février dernier. Une autre pancarte compare Moncef Marzouki au révolutionnaire Robespierre, symbole de la Terreur après la chute de la monarchie en 1789, lors de ce rassemblement tenu à 200 mètres de l'IMA par les forces de l'ordre.

Créé: 12.04.2013, 22h44

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.