Dimanche 18 août 2019 | Dernière mise à jour 18:55

Israël Feu vert à une loi qui interdit de filmer Tsahal

Le gouvernement hébreu a validé un texte de loi interdisant de filmer les soldats israéliens, prévoyant des peines allant jusqu'à 10 ans de prison.

Galerie photo

Proche Orient: un siècle de conflit entre Israël et Palestine

Proche Orient: un siècle de conflit entre Israël et Palestine Le conflit israélo-palestinien a pris naissance à la fin du XIXe siècle. De la déclaration Balfour promettant la création d'un Foyer national juif à la reconnaissance par Donald Trump de Jérusalem comme capitale d'Israël.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le gouvernement israélien a donné son feu vert dimanche à un texte de loi prévoyant jusqu'à dix ans de prison pour toute personne filmant, photographiant ou enregistrant des soldats en vue de «porter atteinte à la sécurité de l'Etat», selon le ministère de la Justice.

«Atteinte à la sécurité de l'Etat»

Le projet présenté par le parti ultra-nationaliste Israël Beiteinou dirigé par le ministre de la Défense Avigdor Lieberman, prévoit de condamner à cinq ans de prison des «personnes qui filment, photographient ou enregistrent des soldats lors de leur service de manière à démoraliser les soldats et les civils israéliens».

Mais cette peine peut être doublée dans les cas où ces images et enregistrements visent à «porter atteinte à la sécurité de l'Etat».

Les mêmes peines d'emprisonnement peuvent également être prononcées, selon ce texte, aux personnes diffusant ces documents dans les médias et les réseaux sociaux.

Selon les initiateurs du projet, des ONG locales «anti-israéliennes», ainsi que des groupes liés au BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions), passent «des jours aux côtés de soldats israéliens, attendant avec impatience un acte qui puisse être enregistré de manière biaisée et utilisé pour les dénigrer».

Le ministre de la Défense a salué le vote ministériel, affirmant qu'il allait «mettre fin» aux tentatives de «ceux qui soutiennent le terrorisme» en vue «d'humilier, de déshonorer et de nuire» aux soldats.

«Dangereuse et antidémocratique»

«Si quelqu'un se conduit correctement, il n'a pas besoin de cacher quoi que ce soit», a répondu sur Twitter Ksenia Svetlova, députée de l'opposition du parti Union sioniste.

Elle a jugé la loi «dangereuse et antidémocratique».

Selon l'Institut pour la démocratie israélienne, un groupe de réflexion libéral, la formulation ambiguë du projet de loi pourrait empêcher quiconque à l'exception de l'armée de filmer, de photographier ou d'enregistrer les soldats israéliens dont les actes pourraient faire l'objet de poursuites judiciaires devant des instances internationales.

Avant d'entrer en vigueur, ce projet doit être voté en trois lectures par le Parlement et ne pas être retoqué par la Cour suprême.

Ce texte a été déposé quelques semaines après la libération anticipée après neuf mois de prison d'un soldat israélien reconnu coupable d'avoir achevé un assaillant palestinien blessé. Il avait été condamné à 18 mois de prison, après qu'un caméraman Palestinien de l'ONG israélienne B'Tselem avait filmé la scène à Hébron en Cisjordanie. A l'époque M. Lieberman s'était prononcé contre l'inculpation du soldat et dénoncé B'Tselem.

(afp/nxp)

Créé: 17.06.2018, 16h31

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.