Mercredi 22 janvier 2020 | Dernière mise à jour 22:03

Royaume-Uni Une fille de 12 ans patiente 57 heures aux urgences

En Grande-Bretagne, la polémique enfle sur les attentes dans les hôpitaux, qui tuent et dépassent régulièrement les dix heures.

Près de 5500 personnes sont décédées depuis 2016 en Angleterre «en conséquence directe» d’une longue attente aux urgences.

Près de 5500 personnes sont décédées depuis 2016 en Angleterre «en conséquence directe» d’une longue attente aux urgences. Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un cas révélé par «The Independent» est effrayant et sidérant. Et s’il est hors-norme, il n’a rien d’isolé et est révélateur d’un vaste problème. Ce cas? «Une fille de 12 ans ayant des problèmes de santé mentale a dû rester dans les services d’urgences d’un hôpital de l’Essex pendant 57 heures avant qu’un lit spécialisé soit disponible», écrit le quotidien britannique, qui dit se baser sur un mail du National Health Service (NHS), le système de la santé publique du Royaume-Uni…

Après deux jours et demi d’attente, cette fille a finalement été transférée à Londres. Ce cas en suit un autre, à Birmingham, où un enfant a dû attendre 17 heures aux urgences. Et depuis lundi, le premier ministre Boris Johnson est également dans la tourmente. La raison? Il a totalement manqué d’empathie dans une affaire d’un garçon de 4 ans, malade, photographié en train de dormir sur le sol d’un service d’urgence de Leeds.

Des années d’austérité

Après le Brexit, l’état du National Health Service s’est imposé comme le second grand thème de campagne pour les élections qui se tiennent ce jeudi. Les travaillistes n’ont cessé de dénoncer les conséquences dramatiques d’années d’austérité conservatrice sur le système de santé publique britannique. «The Independent» note d’ailleurs que travaillistes comme conservateurs ont promis d’augmenter substantiellement les moyens alloués au NHS.

Le problème est global. Mais il se manifeste avant tout dans la pénurie de lits disponibles dans les établissements publics britanniques. Et les attentes interminables aux urgences qui en découlent, dans une salle ou sur un simple brancard.

5449 décès en trois ans

Mardi, le «Guardian» révélait d’ailleurs les terribles conclusions d’un rapport de deux médecins du NHS, qui n’a pas encore été rendu public. Ils ont décortiqué le passage par les urgences anglaises de plus de 4 millions de personnes depuis 2016. «En tout, 5449 personnes ont perdu la vie en conséquence directe d’une attente d’entre six à onze heures», souligne le quotidien.

Selon cette étude, insiste le «Guardian», ces décès ont été «entièrement et uniquement causés par la durée de l’attente et non par l’état du patient». Et des durées d’attentes affolantes sont à nouveau pointées dans ce rapport. Ainsi, ces trois dernières années en Angleterre, 636 personnes ont trouvé la mort après avoir patienté au moins onze heures aux urgences.

Sollicitée, l’Association des patients a qualifié ces résultats de «profondément choquants et très inquiétants». Et elle a imputé ces décès au manque de moyens alloués aux services de santé.

Renaud Michiels

Créé: 12.12.2019, 11h32

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.