Vendredi 22 novembre 2019 | Dernière mise à jour 17:00

Présidentielle française Fillon exclut de se retirer, Juppé convoque la presse

Sur France 2, François Fillon a affirmé dimanche maintenir sa candidature. Aussitôt, Alain Juppé a annoncé une conférence de presse ce lundi matin

Galerie photo

La campagne présidentielle française 2017

La campagne présidentielle française 2017 Des primaires à l'élection présidentielle: la campagne est marquée par de nombreux soubresauts.

En chute de trois points dans un dernier sondage

François Fillon a perdu trois points en une semaine dans les intentions de vote en vue du premier tour de la présidentielle. Il atteint 17%, loin du duo Macron-Le Pen, selon un sondage Kantar Sofres-OnePoint publié dimanche.

Alain Juppé parviendrait quant à lui à se qualifier pour le second tour s'il devait remplacer le vainqueur de la primaire de novembre 2016, selon cette même étude réalisée pour LCI et Le Figaro. Dans ce cas de figure, le maire de Bordeaux recueillerait 24,5% des voix, Marine Le Pen 27% et Emmanuel Macron serait éliminé avec 20%.

Dans l'hypothèse d'un maintien de François Fillon, la présidente du Front national (FN) et l'ex-ministre de l'Economie feraient largement la course en tête, avec respectivement 26% (-1 point) et 25% (stable) des intentions de vote.

Estrosi se détourne de Fillon

Christian Estrosi a annoncé dimanche qu'il allait proposer sous peu, avec d'autres cadres des Républicains, une «initiative» destinée à sortir la droite de la crise ouverte par les ennuis judiciaires de François Fillon. Ce dernier reste pour l'heure candidat à la présidentielle d'avril-mai.

«Sarkozyste» historique, Christian Estrosi juge les chances du vainqueur de la primaire de novembre 2016 définitivement compromises. Il a déclaré par la même occasion qu'Alain Juppé pourrait être le meilleur recours en cas de «plan B».

«Dans les heures qui suivent, nous allons proposer une initiative», a dit Christian Estrosi sur BFM TV, en citant les noms de Valérie Pécresse et Xavier Bertrand parmi les autres contributeurs. «Nous allons sans doute faire une déclaration.»

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nouvelle folle journée en vue lundi pour la droite française, avec un possible dénouement du bras de fer autour de François Fillon qui a encore exclu dimanche de retirer sa candidature à la présidentielle malgré l'affaire d'emplois fictifs présumés qui gangrène sa campagne.

Quelques heures après avoir réuni des dizaines de milliers de personnes place du Trocadéro, face à la Tour Eiffel, le candidat de la droite s'est voulu très clair dimanche soir au journal télévisé de la chaîne de télévision publique France 2: «Non», il ne retira pas sa candidature, et oui, il est le «seul à pouvoir décider» d'un quelconque retrait. Accusé d'être bunkerisé et de ne plus écouter personne, il a répété à plusieurs reprises qu'il n'était «pas autiste».

Juppé sur Twitter

A peine le journal télévisé terminé, Alain Juppé lui aussi ancien Premier ministre, qu'une partie de la droite presse de prendre la place de François Fillon, a réagi sur Twitter en annonçant une déclaration à la presse pour lundi 10h30 (09h30 GMT) depuis sa mairie de Bordeaux (sud-ouest).

Que va-t-il faire ? Tout laisser tomber ou finalement se lancer malgré le maintien du vainqueur de la primaire de la droite et du centre ? Mystère. «Juppé va dire que les conditions ne sont pas réunies et c'en sera fini du plan B», se désolait déjà dimanche soir un élu du parti Les Républicains (LR), le parti de Fillon. «Juppé va renoncer», prédisait aussi un ex-ministre.

«Pas le parti qui va décider»

Lui-même interrogé sur une candidature alternative d'Alain Juppé, qu'il avait sèchement battu fin novembre au deuxième tour de la primaire, François Fillon a lâché: «Si les électeurs de la droite et du centre avaient voulu Alain Juppé, ils auraient voté pour Alain Juppé».

Quelques heures après l'intervention d'Alain Juppé, le feuilleton se poursuivra avec à Paris un Comité politique de LR, à 18h00 (17h00 GMT). Si François Fillon sera là, il n'en sera peut-être pas de même pour Alain Juppé, si celui-ci décidait de rester à Bordeaux.

Que sortira-t-il de cette réunion ? Dès son intervention sur France 2 dimanche soir, François Fillon a en tout cas marqué son indépendance: «C'est pas le parti qui va décider (...) Naturellement, je parle avec tous ceux qui veulent parler avec moi, mais (personne ne va) prendre la décision à ma place. Je suis le seul à pouvoir le faire».

Lâché par plus de 300 élus LR, son directeur de cabinet et son porte-parole, le candidat de la droite tient tête. Il proposera «dans les prochains jours» une équipe qui, promet-il, montrera qu'il est «capable de rassembler».

Quant à son affirmation selon laquelle «200'000» de ses supporters étaient venus le soutenir, au Trocadéro, elle a semblé contredite par la police qui lui a opposé dimanche soir une jauge maximale de 40'000 personnes pour cette place faisant face à «dame de fer».

Mauvais sondage pour Fillon

Reconnaissant sa «part de responsabilité» dans l'«épreuve» qu'il traverse, François Fillon, qui avait fêté son 63e anniversaire samedi, s'est adressé dimanche aux héritiers de «la France des paysans, la France des cathédrales, des châteaux et des sans-culottes».

Et s'il a encore dénoncé une «chasse à l'homme», il a atténué le ton de ses critiques envers la justice, qui enquête notamment sur la véracité du travail de son épouse Pénélope comme son assistante parlementaire, durant des années.

Reste que la droite est de plus en plus inquiète d'une possible nouvelle défaite, cinq ans après l'échec du président sortant Nicolas Sarkozy face au socialiste François Hollande. Et les sondages ne sont pas pour la rassurer.

Selon les chiffres de l'enquête Sofres publiée dimanche soir, Alain Juppé, avec 24,5%, serait lui qualifié pour le second tour du 7 mai, s'il était candidat, derrière la dirigeante d'extrême droite Marine Le Pen (27%).

François Fillon, en chute libre à 17%, serait par contre éliminé dès le premier tour, le 23 avril, largement distancé par Mme Le Pen (26%) ainsi que par Emmanuel Macron (25%), un ancien ministre de François Hollande désormais repositionné au centre. (AFP/nxp)

Créé: 05.03.2017, 15h10

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.