Vendredi 22 novembre 2019 | Dernière mise à jour 17:00

France Fillon: «La justice établira mon innocence»

Le candidat de droite a dénoncé mercredi «une instrumentalisation des affaires» pour l'«empêcher» d'accéder à l'Elysée.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

François Fillon s'est dit mercredi convaincu que la justice établira son innocence dans l'affaire d'emplois fictifs présumés de sa famille pour laquelle il a été inculpé. La procédure intervient à moins de 40 jours de la présidentielle française.

Invité de Radio classique, le candidat de la droite et du centre à la présidentielle a affirmé subir une procédure judiciaire «qui n'est pas normale». «Même le juge l'a reconnu», a-t-il soutenu à propos du premier magistrat instructeur Serge Tournaire, chargé de l'information judiciaire le visant avec deux autres juges d'instruction.

«Elle est adossée à un calendrier politique», a poursuivi François Fillon, dénonçant de nouveau «une instrumentalisation des affaires» pour l'«empêcher» d'être candidat à l'Elysée.

«Je suis innocent, ma femme a travaillé avec moi pendant des années comme c'est le cas de centaines et de centaines de parlementaires, dans le passé et en ce moment même», a-t-il dit à propos de l'enquête sur les emplois présumés fictifs dont sa famille aurait bénéficié.

«Je suis convaincu que la justice, même si ça prendra du temps, établira cette innocence», a-t-il souligné. «Je suis parfaitement tranquille avec ma conscience», a-t-il ajouté ensuite.

«Calendrier diabolique»

Parlant d'un «calendrier diabolique», l'ancien Premier ministre a de nouveau justifié le maintien de sa candidature. Une décision contraire à ses engagements initiaux qui a provoqué une fronde au sein de son camp.

«Je considère que ce calendrier exceptionnel, qui n'est pas celui d'un justiciable normal, me délivre de l'engagement que j'avais pris de ne pas être candidat si j'étais mis en examen», a-t-il déclaré.

Evoquant l'enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris sur une soirée de promotion de jeunes pousses françaises à laquelle Emmanuel Macron avait participé en janvier 2016 à Las Vegas, François Fillon en a déduit qu'«une certaine gêne» s'emparait désormais du «milieu médiatique» et «peut-être (...) des cercles du pouvoir».

«J'ai le sentiment (...) qu'on cherche désormais à équilibrer un peu les choses», a-t-il commenté. (ats/nxp)

Créé: 15.03.2017, 10h46

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.