Mercredi 3 juin 2020 | Dernière mise à jour 11:57

Equateur Une foule lynche des gens accusés à tort

Trois hommes, accusés à tort d'avoir volé des enfants, ont été lynchés par une foule en colère en Equateur.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une foule en colère a tué trois personnes en Equateur, les accusant à tort d'avoir volé des enfants, a-t-on appris mardi auprès de la police.

Les trois personnes - deux hommes et une femme - avaient en réalité été arrêtées sur des soupçons de vol d'argent et de téléphones portables, commis contre deux femmes qui étaient avec leurs enfants.

A leur arrivée au commissariat dans la ville de Posorja (sud-ouest), des habitants massés devant l'entrée sont parvenus à écarter les policiers pour s'emparer des suspects, qu'ils ont battus à coups de pierres et de bâtons. Des images du lynchage ont circulé sur les réseaux sociaux.

Renforts militaires nécessaires

La foule a également incendié un taxi, qui transportait les suspects, et six motos. Trois policiers ont été blessés.

Les policiers du commissariat ont tenté en vain d'expliquer que les suspects n'étaient pas accusés de vol d'enfants.

Les autorités ont dépêché des renforts militaires et policiers pour rétablir l'ordre.

«Ce qui s'est passé à Posorja ne restera pas impuni», a commenté sur Twitter la ministre de l'Intérieur Maria Paula Romo.

(afp/nxp)

Créé: 17.10.2018, 09h47

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.