Mercredi 16 octobre 2019 | Dernière mise à jour 19:15

Internet Gafa: Paris encourt le courroux de Washington

Les Etats-Unis promettent des représailles après que la France a adopté une «taxe Gafa» (Google, Amazon, Facebook, Apple).

Les Gafa (Google, Amazon, Facebook, Apple) pourraient être imposés en France sur leur chiffre d'affaires.

Les Gafa (Google, Amazon, Facebook, Apple) pourraient être imposés en France sur leur chiffre d'affaires.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Inspirée d'un projet européen avorté, une taxe sur les géants du numérique a été adoptée jeudi par le Parlement français. Les Etats-Unis ont menacé la France de représailles.

Après un ultime vote à main levée du Sénat, la France est «le premier Etat à introduire en Europe une taxation» des Gafa (Google, Amazon, Facebook et Apple) et autres Meetic, Airbnb, Instagram ou encore Criteo, a affirmé le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

«La première fois»

Décidé à faire pression, Washington avait annoncé la veille avoir lancé une enquête sur les effets de cette taxe mise en place unilatéralement par la France dans l'attente d'un accord au niveau international. En fonction des conclusions auxquelles elle aboutit, cette enquête pourrait entraîner des mesures de représailles.

Une menace qui a provoqué l'ire de Bruno Le Maire: «Entre alliés, nous pouvons et nous devons régler nos différends autrement que par la menace», a-t-il lancé devant les sénateurs. Il a souligné que c'était «la première fois» dans l'histoire des relations bilatérales que l'administration américaine décidait d'ouvrir une enquête sous l'article de la loi du commerce dit «Section 301».

Pour Bruno Le Maire, la mise en place de la taxe française doit être pour les États-Unis une incitation «à accélérer encore les travaux sur une solution internationale de taxation du numérique à l'échelle de l'OCDE».

Solution temporaire

La «taxe Gafa à la française» s'inspire largement d'un projet européen qui n'a pas abouti en raison des réticences de l'Irlande, de la Suède, du Danemark et de la Finlande. Concrètement, elle vise les entreprises qui réalisent un chiffre d'affaires sur leurs activités numériques de plus de 750 millions d'euros dans le monde, dont 25 millions d'euros pouvant être rattachés à des utilisateurs localisés en France.

Mais cette solution unilatérale a vocation à n'être que temporaire, dans l'attente d'un accord au niveau mondial. Bruno Le Maire s'y est une nouvelle fois engagé. Le G20 Finances réuni début juin au Japon a enregistré des progrès sur ce dossier, même si Washington privilégie toujours une approche très large ne se limitant pas au secteur du numérique.

Publicité ciblée

L'idée de la taxe à la française est d'imposer les géants du numérique à hauteur de 3% du chiffre d'affaires réalisé en France notamment sur la publicité ciblée en ligne, la vente de données à des fins publicitaires et la mise en relation des internautes par les plates-formes.

La taxe, dont l'instauration avait été annoncée par Emmanuel Macron fin 2018, en pleine crise des «gilets jaunes», devrait rapporter 400 millions d'euros en 2019. Elle devait contribuer à financer les 10 milliards d'euros de mesures d'urgence économiques et sociales qui avaient alors été mises sur la table. (afp/nxp)

Créé: 11.07.2019, 14h28


Sondage

Elections fédérales: allez-vous voter?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.