Dimanche 16 juin 2019 | Dernière mise à jour 21:21

«Gilets jaunes» La garde à vue de l'ex-boxeur prolongée

Soupçonné d'avoir agressé des policiers lors de «l'acte VIII» des «gilets jaunes», l'ancien boxeur professionnel reste en garde à vue.

Dans une video, l'ancien champion de boxe a admis avoir «mal réagi».

Dans une video, l'ancien champion de boxe a admis avoir «mal réagi».

Cagnotte de soutien fermée

Leetchi, plateforme de collecte en ligne de dons, a annoncé mardi avoir clos la cagnotte de soutien à l'ancien boxeur Christophe Dettinger, soupçonné d'avoir agressé deux gendarmes à Paris lors de la manifestation samedi des «gilets jaunes».

«Au vu du montant atteint à ce jour, la cagnotte n'accepte désormais plus de contributions», a annoncé Leetchi dans un communiqué sur son site internet, précisant s'engager «à ce que les fonds collectés (...) servent uniquement à financer les frais de justice».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La garde à vue de l'ancien boxeur professionnel Christophe Dettinger, a été prolongée mardi par le parquet de Paris. Il est soupçonné d'avoir agressé deux gendarmes samedi à Paris lors de «l'acte VIII» des «gilets jaunes».

Cet homme originaire de l'Essonne, ancien champion de France 2007 et 2008 des lourds-légers, s'était présenté lundi matin à la police, qui le recherchait activement depuis les faits. Il avait été aussitôt placé en garde à vue pour «violences volontaires en réunion et sur personne dépositaire de l'autorité publique».

Dans une vidéo enregistrée dimanche et postée lundi sur Youtube, l'ancien champion de boxe admet avoir «mal réagi», tout en affirmant s'être «défendu» face aux violences policières.

Samedi, lors d'une nouvelle manifestation des «gilets jaunes» dans la capitale, des affrontements entre manifestants et forces de l'ordre avaient éclaté sur la passerelle qui relie les deux rives de la Seine au niveau du Jardin des Tuileries.

Sur des images largement diffusées sur les réseaux sociaux et sur les télévisions, on voit un gendarme à terre, entouré de manifestants et frappé par l'un d'eux portant un manteau et un bonnet noir.

Ce gendarme s'est vu prescrire 15 jours d'incapacité totale de travail (ITT) et a porté plainte dimanche, selon la gendarmerie.

Sur une autre vidéo, on voit un homme portant également un manteau et un bonnet noir, attaquer tel un boxeur professionnel un gendarme derrière son bouclier. Ce dernier a eu 2 jours d'ITT et a également porté plainte.

Samedi, le syndicat des commissaires de police nationale (SCPN) avait indiqué avoir «identifié» l'homme et qu'il s'agissait d'un ancien boxeur.

Dimanche, une perquisition avait visé son domicile à proximité de Massy, mais il était absent lors de l'arrivée des fonctionnaires. Un membre de sa famille avait alors indiqué qu'il se rendrait à la police lundi.

Cagnotte de soutien

Une cagnotte de soutien à l'ancien boxeur connaissait mardi matin un vif succès en rassemblant plus de 117'000 euros, suscitant les critiques du gouvernement et de syndicats policiers.

Interrogée mardi matin sur franceinfo, la ministre française des Transports Elisabeth Borne a estimé que le succès de cette cagnotte était «choquant». «Est-ce que c'est normal de vouloir apporter un soutien à ce monsieur qu'on a vu frapper un policier à terre, qu'on a vu boxer un policier?», s'est-elle indignée. «Je pense qu'il faut aussi que chacun reprenne un peu ses repères», a-t-elle ajouté.

(ats/nxp)

Créé: 08.01.2019, 13h06

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.