Dimanche 12 juillet 2020 | Dernière mise à jour 02:21

USA Géolocalisation: Google attaquée en justice

L'État de l'Arizona estime que le géant des technologies continue de tromper les utilisateurs à propos de la collecte de leurs données personnelles. Une procédure en justice a été ouverte.

L'Arizona reproche à Google de donner l'impression à ses utilisateurs qu'ils peuvent désactiver le suivi de la géolocalisation, mais de passer par d'autres chemins pour envahir la vie privée (archives).

L'Arizona reproche à Google de donner l'impression à ses utilisateurs qu'ils peuvent désactiver le suivi de la géolocalisation, mais de passer par d'autres chemins pour envahir la vie privée (archives). Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nouvelle affaire à suivre en justice pour Google: l'Arizona a intenté une procédure mercredi contre le géant de la recherche en ligne, accusé d'avoir collecté des données personnelles que ses utilisateurs voulaient ne pas fournir.

«Google donne l'impression à ses utilisateurs qu'ils peuvent désactiver le suivi de la géolocalisation, mais l'entreprise passe par d'autres chemins pour envahir la vie privée», a déclaré Mark Brnovich, le procureur général de l'Arizona, dans un communiqué.

«Il est quasi impossible d'empêcher Google de suivre vos mouvements, même si vous n'en avez pas conscience ou que vous n'avez pas donné votre accord. C'est contraire à la loi de l'Arizona, et même les sociétés les plus innovantes doivent se conformer à la loi», continue-t-il.

Publicités ultraciblées

Mais le procureur et les avocats «ont décrit de manière inexacte nos services», a réagi pour l'AFP Jose Castaneda, un porte-parole de Google. «Nous avons toujours intégré des systèmes de respect de la vie privée dans nos produits et fourni des protections solides en matière de données de localisation. Nous avons hâte de rétablir la vérité», a-t-il ajouté.

Le groupe californien, qui accapare la plus grosse part des recettes publicitaires numériques mondiales, met à disposition des services «gratuits», comme la recherche, le navigateur Chrome, la plateforme YouTube, le système d'exploitation Android sur les smartphones ou encore l'application Google Maps.

Les interactions des utilisateurs avec ses produits lui permettent de récolter des données sur leurs profils et de vendre des espaces publicitaires ultraciblés, à très grande échelle. Mais l'Arizona, comme d'autres autorités publiques ou organisations civiles par le passé, l'accuse d'appliquer ce modèle économique coûte que coûte, même si les usagers ont désactivé la géolocalisation sur leur smartphone.

Plusieurs enquêtes

L'État américain a décidé d'enquêter après la parution d'une dépêche de l'agence Associated Press en 2018, qui montrait que «même si l'historique des lieux visités est éteint, Google récolte subrepticement des informations sur l'emplacement des personnes grâce à d'autres fonctions, comme l'activité sur le web et les applis, et s'en sert pour vendre des publicités».

L'enquête «a révélé que Google utilise des pratiques trompeuses et injustes pour collecter le plus d'informations possibles et fait en sorte qu'il est extrêmement difficile pour les utilisateurs de comprendre ce qui est fait avec leurs données», argumente l'Arizona. Plusieurs enquêtes sont en cours au niveau fédéral et des États fédérés sur les pratiques vis-à-vis de la concurrence ou de la gestion des données des grandes plateformes numériques comme Google, Facebook, Amazon ou Apple. (ats/nxp)

Créé: 28.05.2020, 06h43

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.