Lundi 23 septembre 2019 | Dernière mise à jour 11:15

Etats-Unis La Géorgie va exécuter le meurtrier d'une femme

Le condamné a renoncé aux derniers recours. Le nombre d'exécutions a augmenté dans cet Etat.

Illustration. Une chambre d'exécution dans l'Etat de Californie.

Illustration. Une chambre d'exécution dans l'Etat de Californie. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Etat américain de Géorgie se préparait à exécuter mercredi un homme condamné pour le meurtre en 2001 de son ex-compagne, le prisonnier ayant dit vouloir renoncer à d'ultimes recours susceptibles de retarder la sentence.

Né en 1962 et condamné à la peine capitale en 2007, Steven Frederick Spears doit recevoir une injection létale à 19H00 (00H00 GMT jeudi) dans sa prison de Jackson, ont indiqué les autorités pénitentiaires de cet Etat du sud-est du pays.

Le détenu a commandé une pizza à la viande pour son dernier repas, ont-elles précisé.

Steven Spears a toujours refusé les possibilités qui lui étaient offertes de lancer des recours contre sa condamnation à mort. Certains parmi ses proches et défenseurs ont toutefois tenté cette semaine de lui obtenir un sursis, mais sans succès

La Commission des grâces et libérations conditionnelles de la Géorgie a en effet annoncé mercredi qu'elle rejetait un recours en clémence au bénéfice de M. Spears.

L'Etat de Géorgie a procédé cette année à un nombre d'exécutions en hausse, dans une tendance montrant au contraire un déclin de la peine capitale au plan national. (afp/nxp)

Créé: 17.11.2016, 00h37

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.