Jeudi 27 juin 2019 | Dernière mise à jour 03:00

France «Gilets jaunes»: mobilisation forte attendue

Le préfet de Paris et le patron de la police nationale se préparent à une manifestation forte et «radicale» des «gilets jaunes» samedi.

Quelque 50'000 manifestants ont été recensés lors de manifestation de samedi dernier en France, dont 3500 à Paris.

Quelque 50'000 manifestants ont été recensés lors de manifestation de samedi dernier en France, dont 3500 à Paris.

Galerie photo

Le mouvement des «gilets jaunes» se durcit

Le mouvement des «gilets jaunes» se durcit Né le 18 octobre 2018, le mouvement protestait contre la hausse des prix du carburant annoncé par le gouvernement qui, depuis, a reculé. Mais il représente une colère sociale plus large.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les autorités françaises s'attendent à une mobilisation «plus forte» que la semaine précédente partout en France pour le neuvième samedi de manifestation des «gilets jaunes». C'est ce qu'ont indiqué le préfet de police de Paris et le patron de la police nationale.

Sur l'ensemble du territoire, «nous anticipons le fait qu'on puisse revenir à un niveau de mobilisation qui se situe avant les fêtes de Noël», a expliqué vendredi le directeur général de la police nationale (DGPN), Éric Morvan sur la radio France Inter.

Dans la capitale, «nous pensons que la mobilisation sera plus forte que samedi dernier d'une part et que le comportement au sein des groupes qui seront présents sera marqué par plus de radicalité, plus de tentations de violences», a déclaré le préfet de police de Paris Michel Delpuech sur la chaîne d'information continue CNews.

Le 5 janvier, la contestation sociale des «gilets jaunes» avait rebondi après une baisse de la mobilisation pendant les fêtes: 50'000 manifestants avaient été recensés par les autorités, dont 3500 à Paris.

La huitième manifestation à Paris a aussi été marquée par des violences, entre l'intrusion de manifestants dans le ministère du porte-parole du gouvernement, avec un engin de chantier, et les images d'un ex-boxeur frappant des gendarmes.

«Nous observons semaine après semaine une dérive vers des comportements de plus en plus violents», qui sont le fait de «petits groupes», a commenté M. Delpuech. Ils ciblent, selon lui, «d'abord les lieux de pouvoir».

Dispositif exceptionnel

Le préfet a confirmé le dispositif de sécurité exceptionnel prévu samedi, qui va retrouver son niveau de la mi-décembre. Sur les 80'000 policiers et gendarmes mobilisés annoncés dans toute la France, «5000» seront à Paris avec «14 véhicules blindés sur roues de la gendarmerie». Le 15 décembre les autorités avaient recensés 66'000 manifestants en France.

Face à l'imprévisibilité des participants, qui comme chaque samedi depuis deux mois n'ont pas déclaré de parcours pour leur manifestation (sauf le 5 décembre), l'objectif des forces de l'ordre reste «de quadriller, être mobile, être réactif, interpeller très vite dès que des dérapages se produisent», a détaillé le préfet.

Pour cela, des «détachements d'intervention rapide», notamment composés de fonctionnaires des brigades anticriminalité (BAC), doivent sillonner la capitale. (ats/nxp)

Créé: 11.01.2019, 13h48


Sondage

La vague de chaleur à 40° qui s'annonce cette semaine sur la Suisse vous inquiète-t-elle?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.