Samedi 28 mars 2020 | Dernière mise à jour 16:26

Etats-Unis Glyphosate: Bayer visé par des milliers de plaintes

Environ 5000 procédures supplémentaires à l'encontre du groupe pharmaceutique et de sa filiale Monsanto sont venues s'ajouter aux quelque 13 000 relevées en avril.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le groupe chimique et pharmaceutique allemand Bayer doit désormais affronter 18 400 procédures déposées aux Etats-Unis contre l'herbicide au glyphosate de sa filiale Monsanto, dossier qui empoisonne l'intégration du spécialiste américain des pesticides et des semences.

Ce nouveau pointage «au 11 juillet», dévoilé mardi, actualise le chiffre de 13 400 procédures communiqué fin avril, alors que Bayer a dû essuyer jusqu'ici trois condamnations à indemniser des requérants californiens atteints d'un cancer.

Les montants dus par le groupe dans ces trois affaires ont néanmoins été fortement réduits par le deuxième examen d'un juge, passant respectivement de 289 à 78 millions de dollars, de 80 à 25 millions de dollars et de plus de 2 milliards à 69,3 millions de dollars.

Mais Bayer compte faire appel et conteste le principe même de sa responsabilité, martelant depuis des mois qu'aucun régulateur dans le monde n'a conclu à la dangerosité du glyphosate depuis sa mise sur le marché au milieu des années 70.

Le plus grand pari de son histoire

L'inventeur allemand de l'aspirine a pris l'an dernier le plus grand pari de son histoire en avalant Monsanto pour 63 milliards de dollars, misant sur le recours croissant à la chimie pour nourrir une planète toujours plus peuplée et perturbée par le réchauffement climatique.

Mais le groupe doit depuis composer avec la réputation controversée de sa cible américaine, à la fois dans le commerce de semences OGM et dans celui des pesticides, visés par différentes procédures judiciaires et enjeux de débats politiques dans de nombreux pays.

Par ailleurs, Bayer a annoncé quelques mois après le rachat une vaste restructuration incluant la suppression de 12'000 postes, dont le coût a pesé sur ses comptes du deuxième trimestre dévoilés mardi, avec un bénéfice net diminué de moitié sur un an. (afp/nxp)

Créé: 30.07.2019, 08h13

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.