Samedi 30 mai 2020 | Dernière mise à jour 15:30

Archéologie La Grèce veut récupérer les marbres du Parthénon

Athènes souhaite que la Grande-Bretagne lui restitue les célèbres frises antiques exposées au British Museum à Londres.

Ces frises antiques – dont des représentations de batailles mythiques entre Grecs et centaures – ont été détachées du Parthénon et expédiées au Royaume-Uni au début du XIXe siècle.

Ces frises antiques – dont des représentations de batailles mythiques entre Grecs et centaures – ont été détachées du Parthénon et expédiées au Royaume-Uni au début du XIXe siècle. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Grèce a pressé samedi le Royaume-Uni de lui restituer les marbres du Parthénon, exposés au British Museum de Londres. Elle veut profiter d’un regain d’intérêt international à la faveur de la réouverture du site antique, fermé durant l’épidémie de nouveau coronavirus.

Ces frises antiques – dont des représentations de batailles mythiques entre Grecs et centaures – ont été détachées du Parthénon et expédiées au Royaume-Uni au début du XIXe siècle par le diplomate britannique Lord Elgin. Elles sont désormais l’une des pièces maîtresses du British Museum.

Londres a toujours refusé de restituer ces sculptures, également connues sous le nom de marbres d’Elgin, arguant qu’elles avaient été emportées avec l’autorisation des dirigeants ottomans d’Athènes de l’époque.

«La réouverture des sites archéologiques (…) est l’occasion pour les comités internationaux soutenant la restitution des marbres du Parthénon de réaffirmer leur demande incessante et celle du gouvernement grec d’un retour définitif des marbres dans leur patrie», écrit samedi la ministre grecque de la Culture, Lina Mendoni, dans un communiqué.

«Pillage»

Les marbres ont été l’objet d'»un pillage» et la Grèce ne reconnaîtra jamais la propriété du British Museum sur les frises, affirme Lina Medoni.

Après deux mois de fermeture due à la pandémie de nouveau coronavirus, la Grèce a rouvert le 18 mai, sous strictes conditions sanitaires, l’Acropole d’Athènes, l’un des sites antiques les plus visités au monde, qui abrite notamment le mondialement célèbre Parthénon.

L’Association internationale pour la réunification des sculptures du Parthénon a envoyé le 21 mai, Journée mondiale de la Culture, une lettre au ministère grec de la Culture, proposant de renouveler une pression coordonnée sur le British Museum.

Voie diplomatique

La Grèce fait campagne depuis plusieurs décennies pour la restitution des marbres et a un temps envisagé de poursuivre Londres devant la justice.

Mais ces dernières années, Athènes a privilégié la voie diplomatique, proposant une médiation de l’Unesco, l’institution de l’ONU chargée de la culture et de l’éducation, une offre rejetée par le British Museum.

Elu en juillet 2019, le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis, a officiellement demandé que ces frises soient prêtées à Athènes pour les célébrations du 200e anniversaire de l’indépendance grecque en 2021. (atsnxp)

Créé: 23.05.2020, 14h27

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.