Jeudi 27 février 2020 | Dernière mise à jour 05:11

Climat Greta Thunberg accuse les États de «tromperie»

À la COP25, la jeune militante suédoise a dénoncé les «promesses» des États, qui se laissent la possibilité de compenser leurs émissions de CO2 ailleurs.

«La plupart des promesses des États n'incluent pas l'aviation, le secteur maritime, et les biens importés ou exportés», a dénoncé la jeune militante suédoise.

«La plupart des promesses des États n'incluent pas l'aviation, le secteur maritime, et les biens importés ou exportés», a dénoncé la jeune militante suédoise. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

De Greta Thunberg, qui parle de «tromperie», à Greenpeace, «en colère», les appels se sont fait plus pressants mercredi pour éviter un échec cinglant des négociations à la COP25. À deux jours de la fin de la réunion, de nombreux points restent en suspens.

«Ce n'est pas du leadership»

«Une poignée de pays riches à promis de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de tant de pour cent, d'ici telle ou telle année, ou d'atteindre la neutralité climatique en tant d'années», a déclaré la jeune militante du climat Greta Thunberg lors d'un événement organisé par l'ONU à la 25e conférence climat à Madrid, dont les négociations doivent finir vendredi soir.

«Cela semble impressionnant au premier abord, mais même si les intentions sont bonnes, ce n'est pas du leadership. Ce n'est pas montrer la voie. C'est une tromperie», a accusé l'adolescente suédoise. «Parce que la plupart de leurs promesses n'incluent pas l'aviation, le secteur maritime et les biens importés ou exportés, mais ils incluent la possibilité pour les pays de compenser leurs émissions ailleurs.»

«Où sont les adultes dans la salle?»

L'accord de Paris de 2015, qui a pour ambition de limiter le réchauffement à 2 degrés Celsius au maximum, ne couvre effectivement pas les émissions des secteurs aériens et maritimes internationaux. Et les marchés carbone, dont des règles sont en cours de négociation, permettent aux États de compenser leurs émissions.

Juste avant la jeune Suédoise, la directrice générale de l'ONG Greenpeace, Jennifer Morgan, a laissé éclater sa «colère» à la tribune. «Je participe à ces COP depuis 25 ans et je n'ai jamais vu une telle fracture entre ce qui se passe entre ces murs et ce qui se passe dehors», a-t-elle assuré.

«Les solutions sont juste sous nos yeux. Mais où sont les champions? Où sont les leaders? Où sont les adultes dans la salle?» a-t-elle lancé sous les applaudissements.

«Nous vivons des jours sombres de la politique climatique. Des ombres sont tapies derrière la scène: les milliards de dollars du secteur des énergies fossiles, qui d'un côté créent des gens gras et corrompus pendant que de l'autre, ils condamnent le monde et toutes ses beautés et sa diversité à la désolation», a poursuivi Jennifer Morgan. «Le cœur de l'accord de Paris bat toujours, mais à peine.»

Au moins 3 degrés de plus

Les engagements actuels des États, s'ils étaient respectés, conduiraient à une hausse du mercure d'au moins trois degrés Celsius. Les quelque 200 États signataires de l'accord de Paris réunis à Madrid du 2 au 13 décembre sont donc sous pression pour faire plus et plus vite.

Mais à quatre jours de la fin de la réunion, les signes d'ambition sont faibles. Les négociations techniques des premiers jours de la COP25 n'ont pas vraiment permis d'avancer, certains points de désaccord étant d'ores et déjà repoussés à plus tard, selon des observateurs.

À ce stade, quelque 70 pays, représentant seulement 8% des émissions mondiales, se sont engagés à relever leurs engagements climatiques en 2020. De nouveaux pourraient les rejoindre mercredi, mais aucun des principaux émetteurs, selon des observateurs.

«Négocier des failles»

Cette COP «semble s'être transformée en une opportunité pour certains pays de négocier des failles et d'éviter de relever leurs ambitions», a dénoncé Greta Thunberg, qui a inspiré des millions de jeunes et de moins jeunes à travers le monde.

«Des pays arrivent à trouver des façons habiles pour éviter d'engager de vraies actions», a-t-elle ajouté, évoquant aussi leur «refus de payer» pour aider les pays déjà frappés par les catastrophes climatiques.

«Au cours des jours restants, les ministres vont devoir démontrer qu'ils ont entendu l'appel des scientifiques, des jeunes et des autres demandant une action rapide», a dit Alden Meyer, de l'Union for Concerned Scientists, observateur de longue date des négociations climatiques, lors d'une conférence de presse.

Si les négociations débouchent sur «un résultat faible», «cela enverra un signal terrible au monde», a-t-il jugé. (ats/nxp)

Créé: 11.12.2019, 11h56

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.