Vendredi 6 décembre 2019 | Dernière mise à jour 04:31

Venezuela Guaido mobilise ses troupes contre Maduro

Espérant tirer parti des événements en Bolivie, l'opposant vénézuelien a réuni plusieurs milliers de manifestants hostiles à Nicolas Maduro samedi à Caracas.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quelques milliers de personnes ont manifesté samedi à Caracas contre Nicolas Maduro à l'appel de Juan Guaido. La mobilisation a toutefois été en demi-teinte pour l'opposant vénézuélien qui espère profiter des événements en Bolivie pour évincer le président socialiste.

Environ 5000 manifestants

«Nous n'allons pas fléchir, nous n'allons pas flancher», a lancé à la foule Juan Guaido. Le chef de file de l'opposition vénézuélienne tente de jouer à fond sur le départ du président bolivien Evo Morales, qui a démissionné dimanche après des manifestations parfois très violentes de l'opposition qui l'accusait de «fraude» lors de la présidentielle du 20 octobre.

La Bolivie «a obtenu sa liberté grâce à l'union de toutes ses forces», a insisté Juan Guaido, reconnu comme président par intérim par une cinquantaine de pays, lors d'un discours prononcé face à l'ambassade de Bolivie. Le niveau de mobilisation populaire faisait figure de test pour le jeune dirigeant qui tente, en vain, d'évincer Nicolas Maduro de la présidence depuis le mois de janvier.

Les journalistes de l'AFP ont estimé à environ 5000 le nombre de manifestants dans les rues de Caracas, soit bien moins que les dizaines de milliers de personnes que Juan Guaido réunissait en début d'année, juste après s'être proclamé président par intérim le 23 janvier.

Pire crise économique et sociale

La mobilisation de ce samedi est toutefois la plus forte depuis la grande manifestation du 1er mai organisée le lendemain de son appel au soulèvement contre Nicolas Maduro, un appel qui avait fait long feu. Juan Guaido et l'opposition vénézuélienne accusent le successeur d'Hugo Chavez de s'être maintenu au pouvoir à la faveur de la présidentielle «frauduleuse» de l'année dernière et le qualifient d'«usurpateur».

Le Venezuela traverse la pire crise économique et sociale de son histoire récente. L'inflation devrait y atteindre les 200.000% cette année, selon le FMI. En province, les coupures de courant sont quotidiennes et les pénuries de médicaments et d'essence monnaie courante. L'opposition vénézuélienne met cette situation chaotique sur le dos de la «corruption» et de l'«incurie» des dirigeants vénézuéliens.

En face, le président socialiste avait également appelé ses soutiens à défiler samedi dans la capitale vénézuélienne en soutien à Evo Morales, allié régional de Nicolas Maduro avec Cuba et le Nicaragua. Plusieurs milliers de chavistes habillés en rouge ont suivi son appel. M. Maduro, qui est devenu président à la mort d'Hugo Chavez en 2013, accuse régulièrement l'opposition vénézuélienne de vouloir le renverser au moyen d'un «coup d'Etat» soutenu par les Etats-Unis et la Colombie. (ats/nxp)

Créé: 16.11.2019, 22h59

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.