Mardi 15 octobre 2019 | Dernière mise à jour 19:11

Venezuela Guaido: «Très proches du changement»

L'opposant Juan Guaido est confiant sur la capacité de son pays et de l'armée à déloger l'actuel président, Nicolas Maduro.

5 morts et 233 arrestations la semaine dernière

Cinq personnes sont mortes et 233 personnes ont été arrêtées lors des heurts survenus la semaine dernière au Venezuela en marge des manifestations déclenchées par l'appel de Juan Guaido au soulèvement militaire contre Nicolas Maduro, a annoncé le procureur général Tarek William Saab lundi. «Il y a eu environ 233 arrestations et cinq personnes sont mortes. Tous ces cas font l'objet d'enquêtes», a déclaré M. Saab dans une interview à la télévision. Un précédent bilan d'ONG faisait d'état de quatre morts lors de ces heurts survenus en marge des manifestations monstres mardi et mercredi dans tout le Venezuela.

Galerie photo

Venezuela: le président du Parlement s'autoproclame «président»

Venezuela: le président du Parlement s'autoproclame «président» Deux présidents se faisaient face au Venezuela après que le président du Parlement, contrôlé par l'opposition, s'est autoproclamé «président» par intérim

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Nous sommes très proches du changement», a affirmé lundi le chef de file de l'opposition vénézuélienne Juan Guaido. Celui qui s'est proclamé président par intérim le 23 janvier tente depuis de déloger du pouvoir le président Nicolas Maduro.

«Je suis très optimiste quant au fait que nous sommes très proches du changement au Venezuela», a déclaré Juan Guaido lors d'un entretien accordé à l'agence de presse française, AFP. «Certaines personnes n'ont pas tenu parole. (...) Cela ne signifie pas qu'elles ne le feront pas sous peu», a expliqué Juan Guaido au sujet de cet appel lancé le 30 avril aux aurores près d'une base militaire de Caracas, qui s'est finalement dégonflé au cours de la journée.

«Il est évident qu'aujourd'hui, le mécontentement est généralisé et les forces armées n'échappent pas à la règle», a indiqué le chef de file de l'opposition, reconnu président par intérim par une cinquantaine de pays, dont les Etats-Unis. «Des conversations ont lieu (...) avec des responsables civils et militaires», a assuré le président du Parlement, âgé de 35 ans.

Rébellion de soldats

Juan Guaido était apparu mardi dernier dans une vidéo tournée aux abords de la base de La Carlota, au côté de l'opposant Leopoldo Lopez. Il avait revendiqué le soutien d'un groupe de soldats entrés en rébellion contre Nicolas Maduro, et avait appelé les forces armées, pilier du système politique et économique au Venezuela, à le rejoindre.

L'armée n'a pas suivi cet appel au soulèvement, mais il a déclenché des manifestations-monstres dans tout le Venezuela mardi et mercredi. Mardi soir, Nicolas Maduro a affirmé que cette «escarmouche putschiste» avait été déjouée et il a promis de punir les «traîtres».

Selon Juan Guaido, la «faiblesse» du chef de l'Etat vénézuélien devrait «bientôt» mener à un changement de gouvernement dans ce pays qui traverse une crise politique doublée d'une très grave crise économique. «Je suis très optimiste quant au fait que nous sommes très proches du changement au Venezuela», a déclaré l'opposant lors de cette interview réalisée à Caracas.

«Usurpateur», «coup d'Etat»

«Nous avons bâti une majorité. Nous avons fait tout ce qu'il nous revient de faire comme citoyens», a-t-il poursuivi. «Aujourd'hui, nous disons qu'il reste aux forces armées et à certains employés (du secteur public, ndlr) à surmonter leur peur».

Pour Juan Guaido et ses partisans, Nicolas Maduro est un «usurpateur» qui se maintient au pouvoir sur la base des résultats de l'élection présidentielle «frauduleuse» de l'an dernier. En retour, le président vénézuélien accuse Juan Guaido de vouloir fomenter un «coup d'Etat» avec l'aide des Etats-Unis. (ats/nxp)

Créé: 06.05.2019, 23h44


Sondage

Elections fédérales: allez-vous voter?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.