Samedi 30 mai 2020 | Dernière mise à jour 21:35

Moyen-Orient Guerre des chiffres sur la participation aux législatives à Bahreïn

L'opposition parle d'une participation d'environ 30%, bien loin des 51,5% cité par le gouvernement. La polémique a éclaté après les premières élections depuis la répression de la contestation antirégime de 2011.

Un bureau de vote à Saar, dans l'attente des électeurs.

Un bureau de vote à Saar, dans l'attente des électeurs. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une guerre des chiffres s'est ouverte dimanche au royaume de Bahreïn sur le taux de participation aux élections législatives. Le pouvoir sunnite le chiffre à 51,5% et l'opposition chiite, qui a boycotté le scrutin, l'estime à environ 30%.

Cette controverse, qui a éclaté dès la clôture du scrutin samedi soir, confirme la poursuite d'un profond clivage entre les communautés sunnite et chiite, estiment des analystes.

Un scrutin «historique»?

Le taux de participation était le principal enjeu de ces élections, les premières depuis la répression de la contestation antirégime de 2011 dans ce petit pays, proche allié de Washington, où la dynastie des Al-Khalifa reste confrontée à des manifestations de la majorité chiite.

Samedi soir, à l'issue d'un scrutin prolongé de deux heures sans explication, le ministre de la Justice, cheikh Khaled Al-Khalifa, a affirmé que, selon les premières estimations, «le taux de participation aux élections législatives a été de 51,5%».

Il a au passage qualifié le scrutin «d'historique», expliquant que les Bahreïnis «prouvent qu'ils pourront aller de l'avant dans une nouvelle phase politique».

Chiffres officiels «peu crédibles»

Al Wefaq, principal mouvement de l'opposition chiite qui a fortement mobilisé ses troupes pour mettre en échec les élections, a tourné en dérision les chiffres officiels de participation, qualifiés «d'amusants, de ridicules et peu crédibles».

Le mouvement d'opposition a cité un chiffre d'«environ 30%» pour la participation, «avec une variation possible de 5% au-dessus ou en dessous». Il a au passage accusé le pouvoir d'avoir poussé des dizaines de milliers de sympathisants et de fonctionnaires à aller voter, sous peine de sanctions.

Egalement des élections municipales

Des responsables gouvernementaux ont pour leur part accusé des militants chiites d'avoir provoqué des incidents et d'avoir entravé des rues dans des banlieues chiites de Manama pour empêcher des gens d'aller voter.

Au total, 349'713 électeurs inscrits étaient appelés à choisir 40 députés de la Chambre parmi 266 candidats, dont 23 ex-parlementaires. Outre les législatives, des municipales étaient organisées le même jour. (smk/ats/nxp)

Créé: 23.11.2014, 08h31

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.