Mardi 2 juin 2020 | Dernière mise à jour 17:30

Présidentielle au Brésil Haddad accuse Bolsonaro de fraude

Fernando Haddad accuse Jair Bolsonaro d'avoir monté une «organisation criminelle» afin d'influencer les votes par WhatsApp.

Sondages: Bolsonaro toujours en tête

Le candidat de l'extrême droite à l'élection présidentielle au Brésil, Jair Bolsonaro, a accru son avance sur le candidat du parti des travailleurs, Fernando Haddad, selon un sondage publié vendredi. Il est crédité de 59% des intentions de vote au second tour. Son rival de gauche n'obtient que 41%. M. Bolsonaro, du parti social-libéral, était déjà arrivé très largement en tête du premier tour du scrutin le 7 octobre. Il avait rassemblé un peu plus de 46% des suffrages au premier tour, contre un peu plus de 29% pour M. Haddad.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Fernando Haddad, le candidat de gauche à la présidentielle au Brésil, a accusé jeudi son rival Jair Bolsonaro d'avoir monté une «organisation criminelle» avec de «l'argent sale» pour orchestrer un bombardement de messages et de fausses informations sur la messagerie instantanée WhatsApp.

La campagne présidentielle au Brésil pourrait ainsi se retrouver au coeur d'une polémique sur une possible manipulation de l'électorat à travers les réseaux sociaux comme celles qui ont entaché en 2016 la présidentielle aux Etats-Unis ou le référendum du Brexit au Royaume-Uni.

M. Haddad a lancé son attaque contre le candidat d'extrême droite Jair Bolsonaro, grand favori du 2e tour, après que le quotidien «Folha de Sao Paulo» a révélé que des entreprises avaient financé des envois de messages anti-PT en masse sur WhatsApp avant le 1er tour du 7 octobre. Une nouvelle grande offensive serait en préparation pour la semaine prochaine, avant le second tour du 28 octobre, ajoute le quotidien pauliste.

Des compagnies auraient acheté des «contrats» pour diffuser des centaines de milliers de messages de propagande de Bolsonaro, à un prix pouvant atteindre 12 millions de réais (2,8 millions d'euros) par contrat. La loi électorale proscrit au Brésil le financement des campagnes par les entreprises. Si cette pratique était avérée, elle constituerait un délit.

Lors d'une conférence de presse à Sao Paulo, Haddad, candidat du Parti des Travailleurs (PT), a dénoncé «les centaines de milliers de messages envoyés aux électeurs» par le camp Bolsonaro «tous faux, pour influer sur le vote».

«Dans n'importe quel pays cela serait un scandale énorme, qui pourrait mener à une invalidation de candidature», a lancé M. Haddad, qui va saisir la justice électorale. «Ce qui est arrivé a été dévastateur».

L'entourage de Bolsonaro a nié toute responsabilité. «Ce n'est pas raisonnable qu'à chaque fois qu'il se passe quelque chose (Bolsonaro) soit désigné responsable. Il faudrait qu'il ait beaucoup d'argent pour surveiller» tous ses abonnés, a dit Thiago Ayres, son avocat, au quotidien Valor. Au même moment l'ex-capitaine de l'armée réagissait sur Twitter: «le PT ne souffre pas des fausses informations, mais de la VERITE».

«Organisation criminelle»

Fernando Haddad a ajouté qu'il avait déjà détecté une «campagne de calomnie appuyée par de l'argent sale» contre lui sur WhatsApp mais que désormais la situation était bien pire. «Le niveau des ressources et le nombre d'entreprises impliquées dans ce complot est très élevé», a-t-il lancé, évoquant le chiffre de 156 compagnies.

Les messages ont été envoyés grâce aux bases de données personnelles d'utilisateurs fournies par l'équipe de campagne de Bolsonaro ou à des bases de données achetées à des agences de stratégie numérique, selon «Folha». La messagerie instantanée WhatsApp, qui appartient à Facebook, est immensément populaire au Brésil, avec au moins 120 millions d'utilisateurs.

«Folha a prouvé aujourd'hui que le député Bolsonaro a créé une véritable organisation criminelle avec des entreprises qui (...) avec de l'argent sale, vont parrainer des avalanches de messages mensongers sur WhatsApp», avait tweeté auparavant Haddad.

Pour Sergio Amadeu, membre du Comité de gestion d'internet au Brésil, il s'agit «d'une campagne de désinformation (...) qui vient aussi de l'étranger».

«Elle est très semblable à celle vue aux Etats-Unis, mais plus sophistiquée (..) car elle est proche de la culture politique brésilienne, qui, en ces temps de crise, fait appel à la haine», selon lui.

«On reçoit beaucoup d'informations, même fausses, certaines vraies aussi, sur la politique. Mais je ne crois pas que cela influence trop nos décisions», dit Ana Clara Vale, une électrice de Bolsonaro âgée de 27 ans, interrogée à Rio. Andre de Souza, qui pourrait lui aussi voter pour le député, reçoit quelques 500 messages WhatsApp par jour, pour et contre les deux candidats. «Ca ne fait pas de différence pour moi», dit-il lui aussi. «Mais ma mère a reçu un message disant que Bolsonaro supprimerait le 13e mois et elle l'a cru!».

Bolsonaro dispose d'une considérable force de frappe sur les réseaux sociaux où il mène l'essentiel de sa campagne, avec 14 millions d'abonnés sur Facebook, Instagram et Twitter. Haddad n'en a que 2,8 millions.

Le directeur de Datafolha, Mauro Paulino, a affirmé sur Twitter que l'institut de sondages avait «vu des mouvements de dernière minute dans les tendances» avant le premier tour. Jair Bolsonaro a largement remporté le premier tour avec 46% des voix contre 29% à Haddad. Pour le second, les sondages lui prédisent une très confortable victoire.

La direction de son parti a redit jeudi le refus de Bolsonaro de participer au moindre débat télévisé avant le second tour, invoquant «l'état de santé» du candidat, toujours en convalescence après l'attaque au couteau dont il a été victime début septembre en plein meeting. Jeudi matin, le chirurgien qui a dirigé l'équipe qui a opéré M. Bolsonaro, Antonio Luiz Macedo, a assuré à l'agence de presse étatique Agencia Brasil que, d'un point de vue médical, le candidat pouvait participer à des débats s'il le désirait, sous certaines précautions. (afp/nxp)

Créé: 19.10.2018, 00h09

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.