Mercredi 17 juillet 2019 | Dernière mise à jour 12:42

Libye Haftar veut «infliger une leçon» à ses rivaux

Le maréchal Haftar a tenté de motiver ses troupes, bloquées depuis un mois aux portes de Tripoli, la capitale de la Libye.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le maréchal Khalifa Haftar, lancé à la conquête de Tripoli, a appelé dimanche ses soldats à «infliger une leçon plus dure encore» aux forces qui défendent la capitale libyenne. Après une approche rapide, ses troupes sont bloquées depuis un mois aux portes de la ville.

Leur progression est bloquée par les forces loyales au gouvernement d'union nationale (GNA), dont les groupes armés de Misrata, dans la banlieue sud de la capitale ainsi qu'au sud de la ville.

L'homme fort de la province orientale du pays a officiellement adressé des consignes à ses troupes dans un message lu par un porte-parole de l'autoproclamée armée nationale libyenne (ANL), diffusé à quelques heures du début «du mois béni du ramadan, le mois du djihad», la guerre sainte.

Appel de l'ONU à la trêve

«Officiers et soldats de nos forces armées et des forces auxiliaires, je vous salue en ces glorieux jours et vous appelle à infliger à l'ennemi, avec votre force et votre détermination, une leçon plus dure et plus grande encore que les précédentes, comme nous savons que vous pouvez le faire, jusqu'à ce que vous le déraciniez de notre pays bien-aimé», déclare-t-il.

Il énumère diverses consignes militaires («mener des assauts rapides et organisés», «exploiter l'effet de surprise», «préserver les munitions»... ), affirmant notamment que «dans le cas du retrait de l'ennemi, il faut que les forces le pourchassent avec force et rapidité, ne lui permettent pas de s'enfuir et l'anéantisse».

«Les forces aériennes doivent assurer un suivi», ajoute-t-il. Cette annonce intervient quelques heures après un appel de la mission d'appui de l'ONU en Libye (MANUL) à «une trêve humanitaire d'une semaine renouvelable», à l'occasion du début du ramadan. Depuis le 4 avril, les combats ont fait au moins 392 tués, 1936 blessés et plus de 55'000 déplacés, selon l'ONU. (ats/nxp)

Créé: 06.05.2019, 02h51

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.