Mercredi 23 octobre 2019 | Dernière mise à jour 19:15

Immigration Le HCR veut distinguer les réfugiés des migrants

Selon le Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), la différence entre les deux termes est importante.

La majorité des personnes arrivant en Europe viennent de pays en guerre ou de pays où elles sont persécutées (Syrie, Irak, Afghanistan, Libye, Erythrée) et ont droit à l'asile.

La majorité des personnes arrivant en Europe viennent de pays en guerre ou de pays où elles sont persécutées (Syrie, Irak, Afghanistan, Libye, Erythrée) et ont droit à l'asile. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le choix des mots est important. Il faut distinguer entre les réfugiés et les migrants, a affirmé ce jeudi 27 août à Genève le Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR). Une majorité des personnes traversant actuellement la Méditerranée ont droit à la protection internationale.

«Il y a une différence entre les deux termes et elle est importante», affirme un porte-parole du HCR Adrian Edwards sur le site internet de l'agence de l'ONU. «Les deux termes ont des significations distinctes et les confondre est une source de problèmes pour les deux groupes», ajoute-t-il.

Le HCR explique que les réfugiés sont des personnes fuyant les conflits ou des persécutions. Ils ont droit à une protection internationale en vertu de la Convention de 1951 sur les réfugiés.

Les migrants ne sont pas directement menacés et choisissent de quitter leur pays principalement pour des raisons économiques, trouver un emploi, une formation, ou des raisons de réunion familiale. A la différence des réfugiés, ils peuvent rentrer chez eux sans encourir de danger. Les lois de chaque pays sur l'immigration s'appliquent dans leur cas.

Une majorité de réfugiés

Le HCR précise que parmi le grand nombre de personnes qui affluent actuellement vers l'Europe à travers la Méditerranée, il y a des réfugiés et des migrants. Mais la majorité d'entre elles viennent de pays en guerre ou de pays où elles sont persécutées (Syrie, Irak, Afghanistan, Libye, Erythrée) et ont droit à l'asile. Seulement pour une minorité, venue d'ailleurs, il s'agit de migrants.

Le HCR utilise donc à la fois les termes de réfugiés et migrants pour évoquer le sort des milliers de personnes qui traversent la Méditerranée, parmi lesquels vraisemblablement les deux groupes sont présents. Cela s'applique aussi aux boat-people en Asie du sud-est.

Il utilise exclusivement le terme de réfugiés quand il s'agit de personnes fuyant les conflits et les persécutions. Et celui de migrants lorsqu'il s'agit de personnes n'ayant pas droit à la protection internationale prévue par la définition juridique du réfugié. (ats/nxp)

Créé: 28.08.2015, 15h02


Sondage

Selon vous, faut-il conserver...




Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.