Lundi 14 octobre 2019 | Dernière mise à jour 22:08

Somalie Hôtel attaqué: «C'était le chaos à l'intérieur»

Des hommes armés ont attaqué un hôtel de la ville de Kismayo, en Somalie, vendredi. Des victimes sont à déplorer.

L'attaque a débuté en fin d'après-midi.

L'attaque a débuté en fin d'après-midi. Image: Photo d'illustration/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au moins sept personnes ont été tuées dans l'attaque menée vendredi par les militants islamistes shebab contre un hôtel de la ville portuaire de Kismayo, dans le sud de la Somalie, et qui se poursuivait dans la nuit.

L'attaque a commencé en fin d'après-midi, quand un véhicule piégé a explosé à l'entrée du Medina, un hôtel très fréquenté du centre de Kismayo, selon des sources sécuritaires. Elle n'était pas finie à 23 heures (20h GMT), et on entendait encore des coups de feu sporadiques.

«Nous avons confirmé la mort de sept personnes, dont un ancien ministre de l'administration locale et un député. Le bilan pourrait augmenter car l'attaque n'est pas encore finie», a déclaré à l'AFP un responsable sécuritaire, Abdi Dhuhul.

Selon plusieurs sources locales, l'hôtel abritait surtout des hommes d'affaires et des hommes politiques qui étaient en ville pour la préparation de l'élection présidentielle dans la région semi-autonome du Jubaland, prévue fin août.

Véhicule piégé

Après l'explosion du véhicule piégé, «plusieurs hommes armés» sont entrés dans l'hôtel, «mais les forces de sécurité ont rapidement répliqué et engagé le combat avec les terroristes dans le bâtiment», a indiqué un autre responsable local de la sécurité, Abdiweli Mohamed.

«L'explosion a été énorme, puis des hommes armés sont entrés et ont échangé des coups de feu avec les forces de sécurité. C'était le chaos à l'intérieur. J'ai vu plusieurs morts dont les corps étaient enlevés de la zone, et des gens fuyaient des bâtiments voisins», a indiqué un témoin, Hussein Muktar.

Une «triste journée»

Les shebab, qui ont à plusieurs reprises mené ce type d'opérations dans la capitale Mogadiscio, ont revendiqué dans un communiqué l'attaque contre les «officiels apostats de l'administration du Jubaland». Ils ont affirmé que leurs hommes avaient réussi à prendre le contrôle de l'hôtel.

Le Syndicat somalien des journalistes (SJS) a annoncé dans un communiqué la mort dans cette attaque de deux journalistes, Mohamed Omar Sahal et Hodan Naleyeh. «C'est une nouvelle triste journée pour les journalistes somaliens», a déploré Abdalle Ahmed Mumin, le secrétaire général du SJS.

Selon le SJS, ils sont les deux premiers journalistes tués cette année en Somalie. Hodan Naleyeh, dont l'époux aurait également été tué selon un témoin, était récemment rentrée en Somalie après avoir vécu au Canada.

Vastes zones rurales contrôlées

Chassés de Mogadiscio en 2011, les shebab ont ensuite perdu l'essentiel de leurs bastions. Mais ils contrôlent toujours de vastes zones rurales d'où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicides, y compris dans la capitale, contre des objectifs gouvernementaux, sécuritaires ou civils.

Affiliés à Al-Qaïda, ils ont juré la perte du gouvernement somalien, soutenu par la communauté internationale et par les 20'000 hommes de la force de l'Union africaine en Somalie (Amisom). (afp/nxp)

Créé: 12.07.2019, 21h41

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.