Lundi 11 décembre 2017 | Dernière mise à jour 08:24

Violences au Kénya La contestation des élections fait 11 morts

De nombreux heurts ont éclaté depuis l'annonce de la réélection du président Uhuru Kenyatta contestée par l'opposition.

Vidéo: AFP

Galerie photo

Le Kenya entre élections et crises politiques

Le Kenya entre élections et crises politiques Quelque 19,6 millions d'électeurs ont voté. Le président sortant Uhuru Kenyatta a été réélu. L'opposant Raila Odinga dénonce un scrutin entaché de fraudes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La tension restait vive dimanche au Kenya, où l'opposition a durci le ton après la mort d'au moins onze personnes dans les affrontements entre manifestants et policiers qui ont éclaté dès l'annonce vendredi soir de la réélection du président Uhuru Kenyatta.

Ces violences, circonscrites à des bastions de l'opposition dans l'ouest du pays et dans plusieurs bidonvilles de Nairobi, opposaient des partisans du candidat défait Raila Odinga, armés de pierres, aux forces de l'ordre qui les dispersaient à coups de gaz lacrymogène et de tirs d'armes automatiques. Le reste du pays, où le calme prévalait, tournait au ralenti.

«Nous ne nous laisserons pas intimider, nous ne renoncerons pas», a asséné samedi après-midi Johnson Muthama, l'un des hauts responsables d'une opposition qui n'a cessé depuis le scrutin de mardi de crier à la fraude électorale et assure que son candidat a remporté le scrutin.

Depuis vendredi soir, au moins 11 personnes ont été tuées dans ces violences post-électorales, selon un bilan établi par l'AFP de sources policières et hospitalières.

Neuf personnes ont été tuées dans les bidonvilles de Mathare, Kibera et Kawangware, dans la capitale, dont une fille de neuf ans touchée par balle alors qu'elle se trouvait sur un balcon au quatrième étage d'un immeuble. Deux autres décès ont été rapportés près de Kisumu (ouest) et dans le comté voisin de Siaya.

Répression implacable

Au total, 17 personnes ont été tuées depuis les élections générales organisées mardi dans ce pays de quelque 48 millions d'habitants, qui garde vivace à l'esprit le souvenir des violences électorales de 2007-2008, les pires enregistrées dans le pays depuis son indépendance du Royaume-Uni en 1963.

La répression menée par les forces de sécurité a été implacable, même si le ministre de l'Intérieur, Fred Matiangi, a certifié que la police n'avait pas fait un «usage disproportionné de la force contre un quelconque manifestant où que ce soit dans le pays».

Un photographe de l'AFP a toutefois vu la police tirer des coups de feu en direction d'émeutiers dans la nuit de vendredi à samedi à Kibera. Et l'ONG Médecins sans frontières a indiqué avoir traité 54 personnes, dont sept blessés par balle, dans le seul bidonville de Mathare. Human Rights Watch a par ailleurs appelé les forces de sécurité «à faire baisser et non augmenter la violence».

Imputant ces incidents à des «éléments criminels qui ont tenté de prendre avantage de la situation, en pillant et détruisant des propriétés», Fred Matiangi a assuré que «la sécurité prévaut complètement dans le reste du pays».

Vieilles rancœurs

Crédité de 54,27% des voix, Uhuru Kenyatta, au pouvoir depuis 2013, avait tendu vendredi soir la main à Raila Odinga (44,74%), dans une adresse à la Nation. «Nous devons travailler ensemble (...) nous devons ensemble faire grandir ce pays», avait-il lancé, appelant l'opposition à ne pas «recourir à la violence».

Il y a dix ans, plus de 1100 personnes avaient été tuées et 600'000 déplacées en deux mois de violences post-électorales, après la réélection fin décembre 2007 de Mwai Kibaki, déjà contestée par Raila Odinga. Mais le contexte des élections de mardi diffère de celui d'il y a dix ans. Même si elles remettent en lumière de vieilles rancoeurs entre communautés, les violences sont pour l'instant limitées aux bastions de l'opposition.

Seule l'ethnie Luo, celle de Raila Odinga, semble par ailleurs se mobiliser. Les autres composantes de la coalition d'opposition Nasa, les Luhya et Kamba, restent pour l'heure à l'écart des violences, et leurs leaders discrets depuis l'annonce des résultats. Le contexte politique est également différent. En 2008, l'essentiel des violences avaient opposé les Kikuyu d'Uhuru Kenyatta aux Kalenjin. Or ces deux ethnies sont désormais alliées, le vice-président William Ruto étant un Kalenjin.

Les missions d'observation internationales ont globalement salué la bonne tenue des élections. Le groupe d'observateurs indépendants kényans ELOG, qui avait déployé 8300 personnes sur le terrain, a publié samedi des conclusions «cohérentes» avec les résultats officialisés par l'IEBC.

Mais l'opposition, qui a écarté l'éventualité d'un recours en justice, ne semble pas décidée à relâcher la pression, et s'en est remise au «peuple» sans explicitement lui demander de descendre dans la rue. Quant à Raila Odinga, qui mène probablement la dernière grande bataille de sa longue carrière, il s'est muré dans le silence depuis l'annonce de sa défaite. (afp/nxp)

Créé: 13.08.2017, 05h06


Sondage

Charité: Faites-vous des dons à des œuvres de bienfaisance?





Sondage

Craignez-vous des problèmes dimanche avec le nouvel horaire CFF?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.