Vendredi 23 août 2019 | Dernière mise à jour 05:50

France Huit personnes ont abusé de quatre enfants

Des bambins de 4 à 9 ans ont été abusés par huit personnes, dont leurs parents, dans la Nièvre, en France.

(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cinq hommes et trois femmes, dont les parents de quatre garçons aujourd'hui âgés de 4 à 9 ans, ont été mis en examen dans la Nièvre dans une affaire de viols et agressions sexuelles subis par ces enfants probablement pendant plusieurs années.

Parmi les suspects, mis en examen vendredi, figurent les parents des victimes et des membres de leur entourage. Les cinq hommes ont été placés en détention provisoire, a indiqué à l'AFP le vice-procureur de Nevers Paul-Édouard Lallois, confirmant une information du Journal du Centre.

Septante infractions

Mis en examen pour près de 70 infractions, les agresseurs présumés sont notamment suspectés de faits de «viols aggravés sur mineurs (de moins) de 15 ans, pour certains avec un caractère incestueux», de «faits d'agressions sexuelles avec les mêmes circonstances aggravantes», de «corruption de mineurs», de «violences aggravées» ou encore de «privation d'aliments», a ajouté M. Lallois.

Les auteurs présumés, âgés de 25 à 48 ans, sont un couple et deux anciens couples, parmi lesquels les parents des victimes, deux frères de 8 et 4 ans, et deux autres frères de 9 et 4 ans.

«Cette affaire revêt une dimension hors normes, non pas hélas par la nature des faits, mais par le nombre de mis en cause, le nombre d'enfants victimes et le nombre considérable d'infractions», a-t-il relevé.

«Genèse du dossier»

Selon le magistrat, «la genèse du dossier, ce sont les premiers signalements faisant état de carences éducatives, combinées à des soupçons de maltraitance». «Une fois que les enfants se sont trouvés dans un milieu protégé, ils ont commencé à mettre des mots sur ce qu'ils ont subi», a-t-il ajouté.

Mais les victimes, «en raison de leur jeune âge et de la multiplicité des faits, ne sont pas en capacité de dater précisément» les agressions et viols. Ce sera le travail de l'instruction.

«Très jeune âge»

Le vice-procureur a donc retenu pour l'enquête une période «assez large, allant de 2010 à mai 2017, date du placement judiciaire des enfants» par les services du conseil départemental de la Nièvre, motivé par des signalements de soupçons de maltraitance des services éducatifs: traces de coups, signes de malnutrition, carences éducatives... «Pour certains des enfants, les faits sembleraient avoir commencé à un très jeune âge», a précisé le magistrat.

Selon des éléments de l'enquête, menée depuis janvier 2018 par les gendarmes de la brigade de recherches de Château-Chinon, les faits auraient été commis «à domicile» dans de petites communes du centre de la Nièvre, par des personnes «se connaissant dans un cadre amical», indique le parquet.

A l'issue d'une garde à vue débutée le 7 novembre, les hommes ont été écroués tandis que les femmes, soupçonnées d'avoir commis «moins d'infractions et de moindre gravité», ont été placées sous contrôle judiciaire.

«Les investigations continuent»

Deux des hommes mis en examen étaient déjà en détention provisoire dans le cadre d'une affaire d'abus sexuels sur les enfants de l'un d'entre eux, ouverte en décembre dernier.

Si la majorité des suspects a été interpellée mercredi dans la Nièvre et entendue par les gendarmes à Château-Chinon, l'une des femmes a été arrêtée dans l'Aisne, où elle réside désormais, a précisé le parquet. «On a franchi une nouvelle étape mais les investigations continuent», a souligné le magistrat.

L'information judiciaire a été ouverte auprès du pôle de l'instruction de Bourges (Cher), Nevers ne disposant pas de pôle criminel. (afp/nxp)

Créé: 13.11.2018, 13h14

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.