Dimanche 15 décembre 2019 | Dernière mise à jour 21:31

États-Unis Hunter Biden pourrait témoigner au Congrès

Adam Schiff, qui chapeaute l'enquête visant à destituer Trump, ne devrait toutefois pas approuver cette requête des élus républicains.

Donald Trump acclamé lors d'un match de football américain en Alabama

Donald Trump a été chaleureusement acclamé samedi par les spectateurs d'un match universitaire de football américain auquel il était venu assister à Tuscaloosa, en Alabama, dans le sud des États-Unis. L'accueil réservé au président républicain dans cette région très conservatrice contraste fortement avec la réception hostile qu'il avait reçue fin octobre lors d'un match de baseball des World Series à Washington, une ville qui vote massivement démocrate. Donald Trump a été massivement acclamé par une foule de plus de 100'000 personnes à son arrivée dans la tribune d'honneur du Bryant-Denny Stadium de Tuscaloosa. Lorsque le président américain a salué la foule d'un geste de la main, des cris de «USA, USA» se sont élevés.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le parti républicain a contre-attaqué samedi dans l'enquête visant à destituer Donald Trump. Il a demandé que le fils de Joe Biden, Hunter, témoigne lors des auditions publiques qui doivent commencer mercredi devant le Congrès américain.

Le président américain est soupçonné d'avoir abusé de son pouvoir en faisant pression sur le gouvernement ukrainien pour qu'il enquête sur Hunter Biden ainsi que son père, adversaire potentiel de Donald Trump pour la présidentielle de 2020. Les démocrates, majoritaires à la Chambre des représentants, entendent constituer un dossier de mise en accusation («impeachment») qui pourrait mener à la destitution du président.

Ce dernier accuse Joe et Hunter Biden d'être «corrompus», notamment parce que le fils de l'ancien vice-président démocrate a siégé à la direction de Burisma, une entreprise gazière ukrainienne un temps soupçonnée de pratiques douteuses. «L'expérience de première main» de Hunter Biden à Burisma «peut aider le public américain à comprendre la nature et l'étendue de la corruption généralisée en Ukraine», a indiqué l'élu républicain David Nunes.

«Simulacre de procédure»

Il a dénoncé un «simulacre de procédure de mise en accusation», affirmant que le témoignage du fils de Joe Biden allait amener de la transparence dans une procédure «opaque et inéquitable». Il a également appelé comme témoin le lanceur d'alerte qui avait signalé au Congrès les allégations de pression sur l'Ukraine.

Selon ce lanceur d'alerte, qui reste anonyme, Washington avait conditionné le versement d'une aide militaire de 400 millions de dollars à Kiev à l'annonce d'une enquête sur les Biden, notamment lors d'un échange téléphonique pendant lequel Donald Trump demandait cette «faveur» au président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Adam Schiff, le chef de la commission du Renseignement, chapeaute l'enquête de la Chambre des représentants. Il doit approuver les requêtes de la minorité républicaine, mais semblait samedi opposé à faire venir les deux témoins.

Il a refusé, dans un communiqué que ces auditions publiques soient l'occasion de relancer les «simulacres d'enquête» contre les Biden ou «facilitent les efforts du président (Donald Trump) pour menacer, intimider ou agir en représailles contre le lanceur d'alerte». Donald Trump a pour sa part de nouveau dénoncé une «chasse aux sorcières» des démocrates. (ats/nxp)

Créé: 09.11.2019, 23h44

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.