Jeudi 12 décembre 2019 | Dernière mise à jour 14:45

Autriche «Ibizagate»: trois suspects arrêtés

La piste du maître chanteur se précise dans l'affaire qui a entraîné la chute du président du parti autrichien d'extrême droite, FPÖ.

Le scandale «Ibizagate» a contraint Heinz-Christian Strache à quitter le gouvernement, la tête du FPÖ puis la vie politique.

Le scandale «Ibizagate» a contraint Heinz-Christian Strache à quitter le gouvernement, la tête du FPÖ puis la vie politique.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Six mois après le retentissant scandale de l'Ibizagate en Autriche, la thèse d'une opération visant à faire chanter le chef de l'extrême droite, aujourd'hui déchu, se précise. Trois suspects ont été placés vendredi en détention provisoire.

Il s'agit des premières arrestations dans l'enquête sur cette affaire née de la diffusion d'une vidéo tournée en caméra cachée, censée montrer la compromission du président du parti autrichien de la liberté (FPÖ, extrême droite) Heinz-Christian Strache avec des intérêts russes. Elle avait provoqué en mai la chute de la coalition autrichienne entre la droite et l'extrême droite.

Le parquet de Vienne, en charge des investigations, n'a pas communiqué sur l'identité des suspects. Mais selon la presse autrichienne, deux hommes et une femme sont soupçonnés d'être impliqués dans une tentative d'extorsion de fonds portant sur 400'000 euros. Leur but était de réclamer cette importante somme d'argent à Heinz-Christian Strache contre la promesse de ne pas diffuser la vidéo tournée en 2017 et compromettante pour lui.

Il avait été filmé en caméra cachée dans une villa de l'île d'Ibiza, où il séjournait pour les vacances. Sur la vidéo, on le voit notamment en train de proposer des marchés publics à une jeune femme se faisant passer pour la nièce d'un oligarque russe et voulant recycler de l'argent sale. Le film avait été rendu public en mai par des médias allemands, qui ont affirmé ne pas avoir versé d'argent.

Détective privé

La séquence a rapidement fait le tour du monde et a contraint Heinz-Christian Strache à quitter le gouvernement, la tête du FPÖ puis la vie politique. Les trois suspects arrêtés évoluaient selon la presse dans l'entourage d'un détective privé considéré par les enquêteurs comme le «cerveau» du coup monté.

Ce détective, qui a déjà été entendu par la justice mais pas arrêté, serait entré en possession, via un avocat viennois, de documents compromettants pour Heinz-Christian Strache et aurait fomenté le guet-apens d'Ibiza, avec l'avocat, pour confondre Heinz-Christian Strache. Deux des suspects placés en détention provisoire sont soupçonnés d'avoir recruté et formé l'appât, puis d'avoir équipé de caméras la villa de location.

La presse autrichienne évoque un total de onze personnes identifiées jusqu'ici par les enquêteurs et ayant participé à des degrés divers à la mise en application du projet.

Mais elle s'interroge toujours sur l'identité de la femme présentée comme russe, dont on ne voit que les jambes sur la vidéo. Les auteurs du piège auraient passé près de deux ans à essayer de monnayer la vidéo avant sa diffusion. (ats/nxp)

Créé: 22.11.2019, 21h08

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.