Dimanche 29 mars 2020 | Dernière mise à jour 11:07

Venezuela Imbroglio autour de la présidence du Parlement

Avant la réélection de Juan Guaidó à la présidence du Parlement, un élu rival a revendiqué le poste avec le soutien du pouvoir.

Juan Guaidó avait été empêché d'entrer dans le Parlement par l'armée et la police.

Juan Guaidó avait été empêché d'entrer dans le Parlement par l'armée et la police. Image: Keystone

Washington félicite Guaidó

Les États-Unis ont félicité dimanche le chef de l'opposition Juan Guaido pour sa réélection à la tête du Parlement du Venezuela par des élus d'opposition, alors qu'un rival revendique lui aussi le fauteuil de président de cette Assemblée. «Je félicite Juan Guaido pour sa réélection en tant que président de l'Assemblée nationale vénézuélienne et condamne les efforts sans succès» du chef de l'État chaviste Nicolas Maduro «de nier la volonté de l'Assemblée nationale démocratiquement élue», a dit le secrétaire d'État Mike Pompeo.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au Venezuela, le conflit pour la présidence du Parlement s'est encore intensifié. Le leader Juan Guaidó a été réélu dimanche à ce poste par les députés de l'opposition lors d'une séance organisée dans un journal. Peu avant un rival s'est proclamé chef de l'hémicyle.

«Je jure devant Dieu et le peuple du Venezuela de faire respecter» la Constitution en tant que «président du Parlement et président par intérim», a déclaré Juan Guaidó. Il a pu compter sur les suffrages de 100 élus lors d'un scrutin auquel ont participé plusieurs députés poursuivis par la justice dans le cadre de ce que l'opposition qualifie de «persécution politique».

Cette séance a eu lieu dans les locaux d'«El Nacional», un journal de Caracas, quelques heures après que l'opposant et une dizaine de députés d'opposition sont empêchés d'entrer dans le Parlement par de longs contrôles de l'armée et de la police. Pendant ce temps, l'un de ses rivaux, le député d'opposition Luis Parra, s'est proclamé président de l'hémicycle avec le soutien d'élus loyaux au pouvoir chaviste.

Luis Parra a été exclu du parti d'opposition Primero Justicia après qu'un site internet d'informations l'a accusé d'avoir reçu des pots-de-vin en échange de son soutien à un entrepreneur colombien qui aurait trempé dans une affaire de corruption liée à des importations de nourriture. Malgré son exclusion, Luis Parra affirme être toujours dans l'opposition à Nicolas Maduro. Juan Guaidó assure lui que le gouvernement a versé des pots-de-vin à des députés pour qu'ils tournent casaque.

Nicolas Maduro applaudit

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a immédiatement reconnu Luis Parra, comme le nouveau président du Parlement. «L'Assemblée nationale a pris une décision et elle dispose d'une nouvelle équipe dirigeante (...) On entendait depuis un certain temps que le député Juan Guaidó allait être écarté de l'Assemblée nationale avec les votes de l'opposition», s'est réjoui Nicolas Maduro lors d'une intervention télévisée.

L'opposition à Nicolas Maduro a dénoncé un «coup d'État parlementaire». Le Groupe de Lima, une instance régionale formée dans le but de chercher une issue à la crise au Venezuela, a condamné le recours à la force pour empêcher l'accès au Parlement. Washington, allié de Guaidó, a parlé d'une tentative «désespérée» de le remplacer. Le Brésil a accusé Maduro «de bloquer par la force le vote légitime et la réélection de Juan Guaido».

Pari manqué

Fort de son statut de président par intérim, Juan Guaidó entendait obtenir une deuxième chance de poursuivre son bras de fer avec Nicolas Maduro, qu'il rend responsable de la crise économique et sociale que traverse le Venezuela. Car malgré le soutien de l'administration Trump, et d'une cinquantaine d'autres pays, l'opposant de 36 ans n'a pas atteint l'objectif proclamé début 2019 de «mettre fin à l'usurpation».

Les manifestations anti-Maduro attirent de moins en moins de Vénézuéliens et les pourparlers avec le gouvernement organisés sous l'égide de la Norvège ont fait long feu, tout comme l'appel au soulèvement lancé par Juan Guaidó le 30 avril à l'armée. Et Nicolas Maduro est toujours en poste. Il continue de jouir de l'appui de la Russie, de Cuba et de la Chine mais surtout de l'armée, clef de voûte du système politique vénézuélien.

Un Parlement et une Constituante

L'opposition a remporté la majorité au Parlement en décembre 2015 pour une période de cinq ans, mais peu après son entrée en fonctions, la Cour suprême de justice (TSJ), une institution réputée proche du gouvernement de Nicolas Maduro, a frappé de nullité ses travaux.

La Constituante, dotée des pleins pouvoirs, avait été élue en juillet 2017 lors d'un scrutin contesté afin de contourner le Parlement dominé par l'opposition. Cette même Constituante est chargée de convoquer les élections législatives qui doivent avoir lieu cette année. Mais Juan Guaidó et les partis qui le soutiennent affirment vouloir boycotter le scrutin car organisé par le gouvernement. (ats/nxp)

Créé: 06.01.2020, 02h19

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.