Mercredi 26 juin 2019 | Dernière mise à jour 07:21

Rome Des incidents anti-Roms à caractère raciste

Des militants néofascistes ont protesté vertement contre l'arrivée de familles roms dans un centre d'accueil, en piétinant notamment les sandwichs qui leur étaient destinés.

Des Italiens du groupuscule d'extrême droite

Des Italiens du groupuscule d'extrême droite "Forza Nuova". Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La justice a ouvert une enquête après des incidents dans la banlieue de Rome, où près de 200 habitants et militants néofascistes ont brûlé des poubelles et crié des slogans racistes pour protester contre l'arrivée de familles roms dans un centre d'accueil temporaire.

L'enquête a été ouverte pour dégâts et menaces avec la circonstance aggravante de la haine raciale. «Non à toute forme de violence, mais non aussi à qui décharge tous les problèmes sur les périphéries», a commenté le ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini (extrême droite) sur les réseaux sociaux, tout en réaffirmant son objectif de fermer tous les camps roms avant la fin de son mandat.

Les incidents se sont produits mardi soir dans l'est de la capitale, où environ 70 Roms, dont une trentaine de mineurs, ont été transférés dans un immeuble appartenant à la municipalité le temps de leur trouver un logement définitif. Quelques dizaines d'habitants du quartier sont d'abord descendus dans les rues pour protester mais ils ont ensuite été rejoints par plusieurs autres dizaines de militants de CasaPound et Forza Nuova, deux groupuscules néofascistes.

«Singe de merde»

Selon la presse italienne, les manifestants ont incendié des poubelles et certains ont jeté et piétiné des sandwichs destinés aux familles roms. «Singe de merde, tu dois t'en aller, si tu sors je te tue», a hurlé l'un d'entre eux, tandis qu'un autre a lancé «on doit les brûler», rapporte le quotidien «La Stampa», qui évoque aussi des slogans comme «Italie, fascisme, révolution».

Après avoir d'abord promis de ne pas céder à la violence, la maire de Rome, Virginia Raggi, a finalement annoncé mercredi le transfert de ce groupe de Roms, tout en annonçant l'ouverture d'une enquête sur la gestion de cette affaire.

Les Roms seront divisés en plusieurs petits groupes et répartis dans d'autres structures d'accueil de la capitale. Mercredi, des dizaines de militants ont accompagné avec des insultes et des saluts nazis le départ des premiers groupes. Et CasaPound a annoncé une nouvelle manifestation samedi dans le quartier.

A son arrivée au pouvoir en juin 2018, Matteo Salvini avait provoqué la polémique pour avoir suggéré un recensement des roms pour faciliter l'expulsion des étrangers en situation irrégulière et pour avoir ajouté: «les Roms italiens, malheureusement, tu dois te les garder à la maison».

Selon l'Association 21 juillet, il y a en Italie entre 120'000 et 180'000 Roms et Sintis. Environ 16'400 vivent dans des camps disséminés sur le territoire, dont une quinzaine à Rome. Dans ces camps, 43% des résidents sont Italiens.

Souvent accusés de vols et trafics en tout genre, les Roms ont du mal à s'insérer en Italie, surtout dans la capitale où le crime organisé est pour partie entre les mains de clans d'origine Sinti. (afp/nxp)

Créé: 04.04.2019, 11h16


Sondage

La vague de chaleur à 40° qui s'annonce cette semaine sur la Suisse vous inquiète-t-elle?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.