Lundi 17 juin 2019 | Dernière mise à jour 14:08

Législatives en Inde Les nationalistes hindous revendiquent la victoire

Les premières tendances du dépouillement donnent le parti du Premier ministre sortant Narendra Modi largement en tête sur leurs rivaux.

Les résultats pourraient être connus dans la journée, dans la démocratie la plus peuplée du monde.
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le parti du Premier ministre Narendra Modi s'acheminait triomphalement jeudi vers un deuxième mandat à la tête de l'Inde. Ce succès devrait cimenter la suprématie des nationalistes hindous sur le paysage politique et sociétal du géant d'Asie du Sud.

À 17h30 locales (14h00 en Suisse), le dépouillement des gigantesques élections législatives donnait le BJP vainqueur ou en tête dans 303 circonscriptions, sur 542 sièges de députés à la chambre basse du Parlement, d'après le site de la commission électorale.

Selon ces résultats encore provisoires, l'hémicycle de la Lok Sabha devrait présenter pour les cinq prochaines années une écrasante dominante safran, la couleur des nationalistes hindous. Le BJP devrait même encore y détenir seul la majorité parlementaire de 272 sièges, une situation peu courante dans l'histoire politique du pays, plutôt habitué aux larges coalitions.

Parti du Congrès largué

Principale formation d'opposition, le Congrès était en route pour remporter seulement 50 circonscriptions, une douche froide pour ce parti clé de la politique indienne depuis l'indépendance en 1947.

Avant même les résultats définitifs, les nationalistes hindous ont d'ores et déjà revendiqué la victoire. «Merci l'Inde ! La foi placée en notre alliance nous pousse à l'humilité et nous donne la force de travailler encre plus dur pour réaliser les aspirations du peuple», a déclaré Narendra Modi sur Twitter, où il est suivi par 47 millions d'abonnés.

Pratiquant une ultra-personnification du pouvoir et doté d'un sens politique redoutable, Narendra Modi, 68 ans, a fait de ces législatives un quasi-référendum sur sa personne. Cet adepte d'une gouvernance par coups d'éclat (bombardement au Pakistan, démonétisation surprise de billets...) a axé sa campagne sur un discours sécuritaire anxiogène, s'érigeant en défenseur de la nation.

«Il a amené le programme nationaliste hindou dans chaque foyer. Il a dit que le pays était en danger à cause du Pakistan et les gens l'ont cru», analyse Hemant Kumar Malviya, professeur de sciences politiques à l'université hindoue de Varanasi.

'Nation hindoue'

Au siège du BJP à New Delhi, des militants du parti fêtaient leur triomphe en allumant des pétards et dansant au rythme de tambours. «Le drapeau safran a gagné, l'heure est venue pour la nation hindoue», criait un homme âgé dans un haut-parleur.

Dans un contraste frappant, les militants ont déserté le quartier-général du parti du Congrès dans l'après-midi. «Modi a menti tout du long et a trompé le pays et ses soutiens», affirmait Dinesh Koushik, un partisan de cette formation.

Des stars de Bollywood aux modestes vendeurs de rue, des agriculteurs de la plaine du Gange aux magnats milliardaires, 67% des 900 millions d'électeurs indiens se sont exprimés pour ces 17e législatives depuis l'indépendance, un niveau de participation normal.

Pakistan

M. Modi, charismatique fils d'un vendeur de thé du Gujarat (ouest), était opposé à une myriade de puissants partis régionaux bien décidés à le faire chuter, ainsi qu'à l'historique parti du Congrès emmené par l'héritier de la dynastie politique des Nehru-Gandhi, Rahul Gandhi.

Ce dernier a reconnu sa propre défaite circonscription familiale d'Amethi (Uttar Pradesh, nord). Il devrait quand même siéger au Parlement car il concourait en parallèle dans une circonscription du Kerala (sud).

De la Chine à Israël en passant par le Japon ou l'Afghanistan, des messages de félicitations de la communauté internationale parvenaient déjà au Premier ministre. «J'ai hâte de travailler avec lui pour la paix, le progrès et la prospérité en Asie du Sud», a tweeté Imran Khan, le chef de gouvernement pakistanais. L'Inde et le Pakistan ont connu une grave crise au début de l'année, allant jusqu'à des combats aériens entre leurs deux armées au-dessus de la région disputée du Cachemire. (afp/nxp)

Créé: 23.05.2019, 18h17

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.