Dimanche 20 octobre 2019 | Dernière mise à jour 15:31

Catalogne Les indépendantistes montrent leurs muscles

Plus de 200'000 manifestants ont défilé samedi à Barcelone contre le procès des indépendantistes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux cent mille personnes, selon la police, ont manifesté samedi à Barcelone contre le procès de douze dirigeants indépendantistes pour la tentative de sécession de la Catalogne en octobre 2017.

Une des oratrices dans ce rassemblement, organisé par des partis et des associations séparatistes, a évalué pour sa part à 500'000 le nombre de participants, qui ont défilé derrière une bannière proclamant «l'autodétermination n'est pas un crime».

Les manifestants brandissaient le drapeau séparatiste catalan bleu, rouge et jaune, ainsi que des pancartes : «Liberté pour les prisonniers politiques».

«Voter n'est pas un crime»

«Tout ceci est très triste. C'est un procès politique, fait de manipulations pour les condamner pour quelque chose qui n'est en rien un délit», déclare Jesus Rodriguez, président d'un groupe de «Castellers», tradition catalane de tours humaines et symbole culturel fort de cette région.

«Ce qu'ils veulent, c'est les mettre en prison, et comme ils savent que voter n'est pas un crime, ils inventent une violence qui n'a pas eu lieu», poursuit l'homme de 48 ans.

Douze dirigeants indépendantistes catalans sont jugés depuis mardi à Madrid pour la tentative de sécession de la Catalogne en octobre 2017. Ils sont accusés selon les cas de rébellion, détournement de fonds et désobéissance.

Un procès décrié

Après avoir organisé le 1er octobre 2017 un référendum d'autodétermination interdit par la justice, les séparatistes avaient proclamé quelques semaines plus tard, le 27 octobre, une république catalane indépendante, déclenchant la plus grave crise politique que l'Espagne ait connue depuis la fin du franquisme.

Y a-t-il eu alors violence ? La question est au centre du procès, le chef d'accusation contesté de rébellion supposant un soulèvement violent.

Le parquet le soutient mais les indépendantistes affirment eux que la seule violence a été celle des policiers le jour du référendum, dont les images ont fait le tour du monde. En l'absence de Carles Puigdemont, l'ex-président catalan qui a fui en Belgique, le principal prévenu est son ancien vice-président Oriol Junqueras, contre lequel le parquet a réclamé 25 ans de prison.

Des peines allant de 7 à 17 ans ont été requises contre les onze autres accusés, dont l'ancienne présidente du parlement catalan, plusieurs «ministres» régionaux et les responsables des puissantes associations indépendandistes ANC et Omnium Cultural. Ce procès doit durer environ trois mois, et le verdict ne devrait pas être rendu avant juillet. (afp/nxp)

Créé: 16.02.2019, 19h35


Sondage

Elections fédérales: allez-vous voter?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.