Dimanche 15 septembre 2019 | Dernière mise à jour 11:51

Criminalité Interpol lance une traque mondiale contre 7 fugitifs

L'Organisation internationale de police criminelle recherche sept personnes impliquées dans plusieurs types de délit contre l'environnement.

Ces hommes sont coupables d'exploitation illégale du bois, de braconnage ou de trafic d'ivoire notamment.

Ces hommes sont coupables d'exploitation illégale du bois, de braconnage ou de trafic d'ivoire notamment. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'organisation de coopération policière internationale Interpol a lancé mardi soir un appel à témoins planétaire pour tenter de mettre la main sur sept fugitifs de plusieurs pays. Ils sont recherchés pour des crimes contre l'environnement.

Cet appel public, très rare de la part de l'organisation basée à Lyon, vise sept personnes faisant l'objet de «notices rouges», les demandes d'arrestation en vue d'extradition émises par Interpol sur demande de ses pays membres. «Selon les services de police de ces pays, les criminels ont été impliqués dans plusieurs types de crimes contre l'environnement, comme l'exploitation illégale du bois, le braconnage ou le trafic d'ivoire notamment», a détaillé le directeur exécutif et numéro deux d'Interpol Tim Morris.

«Interpol en appelle à la communauté mondiale: ces individus doivent habiter quelque part, ils doivent voyager, se déplacer, socialiser. Quelqu'un sait où ils se trouvent et nous demandons au public de nous aider à les traduire en justice», a exhorté M. Morris, à l'occasion de la journée mondiale de l'environnement mercredi.

«Profits énormes»

«Nous savons que les crimes contre l'environnement génèrent d'énormes sommes d'argent, entre 100 et 300 milliards de dollars par an», a expliqué Tim Morris. «Il y a du blanchiment, de la corruption, ainsi que des délits financiers, de la violence et des meurtres associés à ce type de criminalité, donc il est très difficile d'avoir une estimation exacte (des montants brassés par ces criminels). Ce que nous savons, c'est que les profits sont énormes et que le coût pour l'environnement est insupportable».

Le dernier appel de ce type avait été lancé en 2007 par Interpol, et avait mené 11 jours plus tard à l'interpellation en Thaïlande d'un enseignant canadien, condamné ensuite pour avoir enlevé et abusé d'un mineur. Ces rares appels ne concernaient jusqu'à présent que des suspects recherchés pour pédophilie mais, à l'avenir, Interpol souhaite y avoir davantage recours, une source interne anticipant «plusieurs appels de ce type par an, liés à différents types de crimes». (ats/nxp)

Créé: 04.06.2019, 22h08

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.