Mercredi 3 juin 2020 | Dernière mise à jour 21:17

Venezuela «Invasion» déjouée: onze arrestations de plus

Le Venezuela continue les arrestations après la tentative d'«invasion» déjouée de la semaine dernière.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Onze personnes présentées comme des «terroristes» ont été arrêtées dimanche dans l'enquête sur l'«invasion» déjouée au Venezuela, portant le total à 45, ont annoncé les autorités et la télévision publique du pays.

«Trois autres mercenaires terroristes (...) ont été capturés dans la Colonia Tovar», petite communauté de descendants d'Allemands près de Caracas, a tweeté l'amiral Remigio Ceballos. Quelques heures plus tard, la télévision publique a fait état de l'arrestation de huit autres «terroristes» dans l'État côtier de Vargas (nord).

Au total, 45 personnes ont été arrêtées pour leur implication présumée à une «invasion» manquée, qui avait consisté en un débarquement d'hommes les 3 et 4 mai à Macuto, à moins d'une heure de route de Caracas sur la côte caraïbe. Le 3 mai, lors de cette tentative d'«invasion», huit personnes y participant auraient trouvé la mort lors d'affrontements avec les forces vénézuéliennes. Le président Nicolas Maduro a comparé cette épisode à celui de la Baie des cochons à Cuba en 1961.

Parmi les personnes détenues se trouvent deux anciens soldats américains, Luke Denman, 34 ans, et Airan Berry, 41 ans. Ils sont inculpés pour «terrorisme, conspiration, trafic d'armes de guerre et association» de malfaiteurs, et risquent 30 ans de prison.

Trump considéré comme instigateur

Vingt-neuf Vénézuéliens ont été inculpés pour «intelligence avec un gouvernement étranger», en l'occurrence les États-Unis et la Colombie, et d'autres délits, avait annoncé le parquet vendredi.

D'après le gouvernement de Nicolas Maduro, le plan était d'enlever le chef de l'État pour permettre l'arrivée au pouvoir de son opposant Juan Guaido, reconnu comme président par intérim par les États-Unis et de nombreux autres pays.

Nicolas Maduro considère le président américain Donald Trump comme «commandant en chef de l'opération», et voit en Juan Guaido son complice. (afp/nxp)

Créé: 11.05.2020, 05h07

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.