Vendredi 22 novembre 2019 | Dernière mise à jour 15:53

Gibraltar L'Iran appelle Londres à relâcher son pétrolier

Gibraltar a prolongé vendredi de 14 jours l'immobilisation d'un pétrolier iranien et affirme agir de son propre chef tandis que Téhéran accuse Washington.

L'équipage du navire, qui avait quitté les Emirats le 13 mai et est stationné à l'est de Gibraltar, a été interrogé par les autorités du territoire britannique.

L'équipage du navire, qui avait quitté les Emirats le 13 mai et est stationné à l'est de Gibraltar, a été interrogé par les autorités du territoire britannique. Image: AFP

L'Iran s'apprête à enrichir l'uranium à un niveau prohibé

L'Iran doit commencer dimanche à enrichir de l'uranium à un niveau prohibé par l'accord sur son programme nucléaire, manoeuvre contestée par les Etats-Unis, l'Europe, la Chine et la Russie, mais qui selon Téhéran ne vise qu'à sauver ce pacte.

La décision d'enrichir l'uranium 235 à un niveau de pureté supérieur à 3,67%, la limite imposée par cet accord conclu à Vienne en juillet 2015, a été annoncée mercredi par le président Hassan Rohani.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Cour suprême de Gibraltar a prolongé vendredi de 14 jours l'immobilisation d'un pétrolier iranien, malgré l'appel de Téhéran à relâcher «immédiatement» le navire, qui est soupçonné d'avoir voulu livrer du brut à la Syrie en violation des sanctions européennes.

L'Iran n'a pas précisé l'origine du pétrole transporté ni la destination du navire Grace 1 arraisonné jeudi au large du territoire britannique de Gibraltar, à l'extrême sud de l'Espagne, à la suite d'une demande des Etats-Unis selon les autorités espagnoles.

Le gouvernement de Gibraltar a affirmé avoir agi de son propre chef. «Il n'y a eu aucune demande politique à aucun moment de la part d'aucun gouvernement», a-t-il dit. La décision a été prise «sur la base de la violation des lois existantes et non sur la base de considérations politiques étrangères». Le pétrolier sera immobilisé jusqu'au 19 juillet, a annoncé le procureur général du territoire britannique.

Interception «inacceptable»

La police et les douanes du «Rocher», assistées d'un détachement de Royal Marines, ont arraisonné le navire qui ralentissait dans une zone utilisée pour se faire ravitailler et considérée par Gibraltar comme faisant partie des eaux territoriales britanniques, selon les autorités de ce territoire. Ce qui est contesté par l'Espagne, qui en revendique la souveraineté.

A Téhéran, les autorités ont demandé, lors d'une convocation de l'ambassadeur britannique Rob Macaire, la «libération immédiate» du pétrolier et jugé «inacceptable» son interception «étant donné qu'il a été saisi à la demande des Etats-Unis, selon les informations actuellement disponibles».

«Insistant sur le fait que le pétrolier croisait dans les eaux internationales», la diplomatie iranienne a dénoncé un acte de «piraterie» et a affirmé que Londres «n'avait aucun droit d'imposer ses propres sanctions unilatérales ou celles de l'Union européenne (UE), de façon extraterritoriale contre les autres pays».

«Politique brutale»

Ce comportement est «absolument identique à la politique brutale des Etats-Unis contre laquelle les pays européens ont toujours protesté», a dit le ministère iranien, alors que Téhéran et Washington sont engagés dans un bras de fer depuis des mois.

L'arraisonnement du pétrolier est une «excellente nouvelle», a commenté jeudi le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, John Bolton, sans confirmer que les Etats-Unis avaient fait une demande en ce sens.

La Maison Blanche a indiqué samedi que le président américain Donald Trump et la Première ministre britannique Theresa May avaient évoqué l'Iran lors d'un entretien téléphonique la veille, en mentionnant la question de l'application des sanctions contre Téhéran. Les deux dirigeants «ont parlé de la coopération entre les Etats-Unis et le Royaume-Uni pour faire avancer leurs intérêts communs en termes de sécurité nationale» et ont notamment évoqué «les efforts pour faire appliquer les sanctions contre la Syrie», a indiqué dans un communiqué la présidence américaine.

Dans un message sur Twitter repris par l'agence de presse iranienne Mehr, le secrétaire du Conseil de discernement - un poste clé du système politique iranien -, Mohsen Rezaï, évoque la possible nécessité pour l'Iran d'agir en représailles contre les Britanniques. «Si la Grande-Bretagne ne relâche pas le #pétrolier_iranien,il est du devoir des autorités responsables d'agir réciproquement et d'intercepter et de saisir un pétrolier britannique», a-t-il averti.

Environ le tiers du pétrole brut acheminé par voie maritime transite par le Golfe, dont l'Iran se considère comme le gardien. L'arraisonnement du navire est intervenu quelques jours après l'annonce du dépassement par Téhéran de la limite imposée à ses réserves d'uranium faiblement enrichi par l'accord international sur son programme nucléaire, conclu en 2015, et sur fond de tensions exacerbées avec Washington qui font craindre un embrasement dans la région du Golfe.

«Violation des sanctions»

L'équipage du navire, qui avait quitté les Emirats le 13 mai et est stationné à l'est de Gibraltar, a été interrogé par les autorités du territoire britannique. Londres a «salué une action ferme des autorités de Gibraltar qui ont agi pour faire respecter le régime européen de sanctions à l'encontre de la Syrie».

Le ministère russe des Affaires étrangères a condamné dans un communiqué «cette action planifiée de longue date», estimant qu'elle «visait à compliquer davantage la situation autour de l'Iran et de la Syrie».

Gibraltar n'a pas précisé l'origine du pétrole mais selon la publication spécialisée dans le transport maritime Lloyd's List, ce pétrolier aurait chargé en Iran en avril et a été intercepté alors qu'il faisait route vers la Syrie, pays en guerre depuis 2011. «Nous avons des raisons de croire que le Grace 1 amenait sa cargaison de pétrole brut à la raffinerie de Banias en Syrie, propriété d'une entité sujette aux sanctions de l'UE contre la Syrie» et qu'il agissait «en violation» de ces sanctions, a indiqué le chef du gouvernement de Gibraltar, Fabian Picardo.

Depuis 2011, la Syrie, où le régime de Bachar el-Assad a le soutien crucial de l'Iran dans le conflit, est la cible de sanctions internationales qui touchent notamment son secteur pétrolier. En 2018, le Trésor américain a menacé de sanctions les personnes ou sociétés qui livreraient des produits pétroliers au régime syrien. Damas a ensuite indiqué que les livraisons de pétroliers iraniens avaient cessé. (afp/nxp)

Créé: 07.07.2019, 00h35

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.