Mardi 12 décembre 2017 | Dernière mise à jour 09:05

Armement L'Iran va s'armer face aux Etats-Unis

Le Parlement iranien a voté une rallonge pour développer son programme balistique, dimanche.

L'Iran veut se préserver de l'«aventurisme» américain.

L'Iran veut se préserver de l'«aventurisme» américain. Image: Keystone

Galerie photo

En images, les décisions de Trump à la Maison Blanche 2

En images, les décisions de Trump à la Maison Blanche 2 Dès son intronisation, le nouveau président a signé des décrets souvent controversés qui tranchent avec l'administration Obama. Sa présence à la Maison Blanche continue de faire des remous auprès des citoyens.

Galerie photo

En images, les décisions de Trump à la Maison Blanche (Janvier-juin 2017)

En images, les décisions de Trump à la Maison Blanche (Janvier-juin 2017) Dès son intronisation, le nouveau président a signé des décrets souvent controversés qui tranchent avec l'administration Obama. Sa présence à la Maison Blanche continue de faire des remous auprès des citoyens.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Parlement iranien a voté l'allocation de 520 millions de dollars pour développer le programme balistique de l'Iran et renforcer les activités régionales des Gardiens de la révolution, armée d'élite du régime. Cela en réponse à l'«aventurisme» des Etats-Unis.

«Les Américains devraient savoir qu'il ne s'agit là que de notre première action», a prévenu le président du Parlement, Ali Larijani. Il avait auparavant annoncé un vote à une majorité écrasante en faveur d'un train de mesures destinées à «faire face aux actions terroristes et aventuristes des Etats-Unis dans la région».

Sans opposition aucune, 240 élus (sur 244 présents) ont voté en faveur du projet de loi, qui prévoit l'allocation de 260 millions de dollars pour le «développement du programme de missile» et d'une somme équivalente pour la Force Qods, la branche des Gardiens de la révolution chargée des opérations extérieures, a indiqué l'agence officielle IRNA.

Accord international

«Ce projet de loi (voté dimanche par le Parlement iranien) est soutenu par le ministère des Affaires étrangères et le gouvernement. Il fait partie d'une série de mesures proposées par le comité de supervision du JCPOA pour faire face à la récente loi (votée par le) Congrès américain», a déclaré dimanche Abbas Araghchi, haut négociateur et vice-ministre iranien des Affaires étrangères.

Il fait référence à l'accord international sur le programme nucléaire de la République islamique, connu sous son acronyme JCPOA (Joint Comprehensive Plan of Action), signé en grande pompe le 14 juillet 2015 à Vienne par l'Iran et des grandes puissances (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne).

Donald Trump n'a cessé de critiquer cet accord, qu'il qualifie d'«horrible», mais ne l'a pour l'heure pas remis en cause. L'Iran, qui n'entretient plus de relations diplomatiques avec les Etats-Unis depuis 1980, assure de son côté que les dernières sanctions américaines sont une «violation» de cet accord.

Contre les Etats-Unis

Le document voté dimanche à Téhéran considère «toutes les forces militaires et de renseignement américaines comme des groupes terroristes» en raison de leur «soutien implicite et explicite à des groupes terroristes» et «à des dictatures et des régimes qui violent les droits humains fondamentaux» au Moyen-Orient.

Ce projet de loi doit être ratifié par le Conseil des gardiens de la Constitution. Il demande au ministère des Affaires étrangères de publier une liste de personnes à sanctionner dans le but de confisquer leurs avoirs et de bloquer leurs transactions financières, en excluant les lanceurs d'alerte qui révèleraient les «activités illégales, crimes, tortures et fraudes électorales» des Etats-Unis.

Elle enjoint également au ministère de l'Economie de rendre prioritaires les accords commerciaux avec les pays et les sociétés qui ignorent les sanctions contre l'Iran. Avec ce «message direct» aux Etats-Unis, l'Iran veut «montrer qu'il n'est pas satisfait des violations (de l'accord nucléaire, ndlr) tout en faisant en sorte de ne pas lui-même le violer», a déclaré à l'AFP Foad Izadi, professeur de Politique internationale à l'université de Téhéran. Selon lui, l'idée est qu'en faisant payer aux Etats-Unis leurs «violations», ils y réfléchiront à deux fois à l'avenir, ce qui permettra in fine de préserver l'accord nucléaire.

Nouvelles sanctions étasuniennes

Ce vote survient après de nouvelles sanctions américaines annoncées en juillet contre le programme de missiles balistiques de l'Iran. Le département d'Etat américain considère l'Iran comme le «premier Etat soutien du terrorisme» dans le monde.

«Les Etats-Unis demeurent profondément préoccupés par les activités pernicieuses de l'Iran au Moyen-Orient, qui sapent la stabilité, la sécurité et la prospérité de la région», avait alors affirmé la porte-parole de la diplomatie américaine Heather Nauert.

Elle avait dénoncé «le soutien continu de l'Iran à des groupes terroristes tels que le Hezbollah, le Hamas et le Djihad islamique palestinien qui menacent Israël et la stabilité au Moyen-Orient». (ats/afp/nxp)

Créé: 13.08.2017, 09h02


Sondage

Faut-il que l'exploration de la Lune reprenne?





Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.