Samedi 25 novembre 2017 | Dernière mise à jour 11:57

Brexit L'Irlande en désaccord avec Londres

La frontière entre l'Irlande et l'Ulster - dans le cadre du Brexit - pose problème pour le ministre irlandais des Affaires étrangères.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La manière dont le gouvernement britannique mène les négociations sur le Brexit ne permet pas de trouver des solutions, a jugé mardi le ministre irlandais des Affaires étrangères. Ses propositions en ce qui concerne la frontière entre l'Irlande et l'Ulster ne sont pas crédibles.

«L'approche qu'adopte actuellement le gouvernement britannique n'est pas compatible avec les solutions dont nous avons besoin», a déclaré à la presse Simon Coveney.

«Certaines des idées qu'ils ont publiées à la fin de l'été vont dans le sens d'une recherche de solutions, mais je ne crois pas qu'elles soient complètes ou crédibles», a-t-il ajouté.

L'Union européenne souhaite que trois des nombreuses questions entrant dans le cadre du Brexit soient globalement résolues avant d'entamer le mois prochain une nouvelle phase des négociations. Ces trois sujets majeurs sont la facture que devra acquitter Londres, le statut des ressortissants européens résidant en Grande-Bretagne après le Brexit, censé intervenir en mars 2019, et le rétablissement ou non d'une frontière physique entre l'Irlande et l'Irlande du Nord.

«Plan crédible» nécessaire

Sur cette dernière question, Simon Coveney a dit mardi que Dublin souhaitait «plus de détails» de la part du gouvernement britannique, et «une nouvelle approche qui soit souple et reconnaisse les défis particuliers que rencontre l'île d'Irlande». Les points de contrôle militaires entre l'Ulster et l'Eire ont été supprimés dans le cadre des accords de paix de 1998 qui ont mis fin à trois décennies de violences dans la province britannique.

Le Premier ministre irlandais, Leo Varadkar, a fait valoir que le moyen d'éviter leur rétablissement est de conserver les mêmes réglementations de part et d'autre de la frontière, longue de 500 km. Cela ne signifierait pas pour autant qu'une partie du Royaume-Uni demeurerait dans l'UE.

Trente mille personnes environ transitent chaque jour entre l'Irlande et l'Ulster. «Ce dont nous avons besoin, c'est un plan crédible pour éviter toute infrastructure à la frontière, et ça nous ne l'avons pas encore», a souligné Simon Coveney. (ats/nxp)

Créé: 14.11.2017, 17h43


Sondage

Profitez-vous pleinement du Black Friday?





Sondage

Parvenez-vous à épargner, chaque mois?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.