Mardi 22 octobre 2019 | Dernière mise à jour 19:37

Proche-Orient Israël bloque l'entrée de Ramallah

Le gouvernement Netanyahu a bloqué l'entrée de la ville de Cisjordanie - où siège l'Autorité palestinienne - aux non-résidents.

Forces de sécurité déployées après l'attaque anti-israélienne ce dimanche 31 janvier 2016.

Forces de sécurité déployées après l'attaque anti-israélienne ce dimanche 31 janvier 2016. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La décision d'Israël de bloquer l'entrée de Ramallah fait suite à une attaque commise la veille à un des accès contrôlés par les forces israéliennes, a indiqué l'armée israélienne.

Cette interdiction d'accès aux non-résidents sera maintenue en fonction de l'évaluation de la situation que feront les forces israéliennes, a dit une porte-parole de l'armée. Cette décision concerne aussi les étrangers, a dit la porte-parole.

Un nombre important de non-résidents va travailler quotidiennement dans la ville où se trouvent les grandes institutions et administrations palestiniennes ainsi que des institutions étrangères. Palestiniens mais aussi diplomates et humanitaires étrangers travaillent à Ramallah.

Le checkpoint de Beit-El a été le théâtre dimanche d'une nouvelle attaque anti-israélienne quand un Palestinien a ouvert le feu et blessé trois soldats israéliens. L'agresseur a été abattu. (ats/nxp)

Créé: 01.02.2016, 11h15

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.