Vendredi 14 décembre 2018 | Dernière mise à jour 16:35

Proche-Orient Israël bombarde Gaza après une explosion

L'Etat hébreu a mené des raids aériens sur Gaza samedi soir, après que des soldats israéliens aient été blessés par une charge explosive.

(Image d'illustration) Il s'agit de l'incident le plus grave entre Israël et la bande de Gaza depuis la fin de la guerre en 2014. (Samedi 17 février 2018)

Galerie photo

Proche Orient: un siècle de conflit entre Israël et Palestine

Proche Orient: un siècle de conflit entre Israël et Palestine Le conflit israélo-palestinien a pris naissance à la fin du XIXe siècle. De la déclaration Balfour promettant la création d'un Foyer national juif à la reconnaissance par Donald Trump de Jérusalem comme capitale d'Israël.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Israël a mené samedi des raids aériens contre le Hamas à Gaza après une explosion qui a blessé quatre de ses soldats à la frontière avec l'enclave palestinienne. Il s'agit d'un des accès de violences les plus sérieux depuis la guerre de 2014.

Bases du Hamas visées

L'armée israélienne a annoncé avoir frappé six «cibles militaires appartenant à l'organisation terroriste Hamas» au pouvoir dans la bande de Gaza. Elle ripostait à une explosion ayant blessé plus tôt dans la journée quatre soldats israéliens, dont deux «grièvement», alors qu'ils patrouillaient dans la zone proche de la barrière entre Israël et l'enclave palestinienne, selon un communiqué de l'armée.

La vie des deux soldats grièvement blessés n'est pas menacée, a précisé le porte-parole de l'armée, Jonathan Conricus.

L'armée israélienne a immédiatement répliqué à l'explosion en tirant sur un poste d'observation situé non loin de l'explosion, à l'est de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza. Le tir a été confirmé par des sources de sécurité palestiniennes qui ont précisé qu'il n'avait pas fait de blessés.

Il a été suivi par des raids de l'aviation israélienne sur plusieurs cibles du mouvement islamiste Hamas, dont un «tunnel d'infiltration» en direction du territoire israélien et deux bases militaires. L'une de ces bases comprenait des sites de fabrication d'armes, selon l'armée.

Deux blessés

Ces raids aériens ont fait deux blessés côté palestinien, selon des sources médicales palestiniennes. Peu après, l'armée israélienne a fait état d'un tir, probablement de roquette, sur le sud d'Israël, en provenance de la bande de Gaza. Il s'agit d'un des incidents les plus sérieux à la frontière entre Israël et la bande de Gaza depuis la fin de la dernière guerre qui a opposé l'Etat hébreu au Hamas.

Le 8 juillet 2014, Israël a lancé l'opération «Bordure protectrice» contre la bande de Gaza, dans le but de faire cesser les tirs de roquette et détruire les tunnels creusés depuis l'enclave palestinienne. La guerre fait 2251 morts côté palestinien, en très grande majorité des civils, et 74 morts côté israélien, quasiment tous des soldats.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, en déplacement en Allemagne pour la conférence annuelle de Munich sur la sécurité, a qualifié l'incident de samedi de «grave». «Nous répondrons de manière appropriée», a-t-il mis en garde dans un communiqué.

Hamas accusé responsable

M. Conricus a déclaré à l'AFP qu'un «groupe voyou» avait revendiqué l'attaque, faisant allusion aux groupes salafistes présents à Gaza. Mais, «de notre point de vue, le Hamas est responsable», car il autorise les manifestations de Gazaouis à la frontière entre la bande de Gaza et Israël, a-t-il ajouté. Selon lui, l'engin à l'origine de l'explosion contre les soldats israéliens a été placé la veille, lors d'une de ces manifestations.

Israël et le Hamas observent un cessez-le-feu fragile depuis la fin de la guerre de 2014, la troisième dans la bande de Gaza depuis que le mouvement islamiste y a pris le pouvoir en 2007. Au début du mois, l'armée de l'air israélienne avait mené des raids sur le sud de la bande de Gaza après des tirs de roquettes depuis l'enclave contre le territoire israélien.

Les tirs de roquettes sont généralement attribués à des groupes salafistes, dissidents du Hamas. L'armée israélienne réplique systématiquement en ciblant en général des positions du Hamas, qu'elle dit tenir pour responsable de ce qui se passe dans l'enclave sous son contrôle. (ats/nxp)

Créé: 18.02.2018, 04h55

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters