Dimanche 15 décembre 2019 | Dernière mise à jour 10:32

Colombie Ivan Duque, champion du retour de la droite dure

Le candidat de la droite et ex-dauphin d'Alvaro Uribe, Ivan Duque, a remporté dimanche la présidentielle en Colombie.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il est devenu dimanche le plus jeune président de l'histoire de la Colombie moderne. Mais Ivan Duque, 41 ans, apparaît surtout comme le dauphin de l'ex-président Alvaro Uribe et rend ainsi le pouvoir à la droite conservatrice opposée à l'accord de paix avec l'ex-guérilla Farc.

Candidat du Centre démocratique (CD), il l'a emporté avec 54,07% des voix contre 41,72% à Gustavo Petro, 58 ans, du mouvement Colombie Humaine, premier candidat de gauche à parvenir aussi loin dans une course présidentielle.

Affable, tout en rondeurs, ce récent sénateur était arrivé en tête du premier tour le 27 mai devant l'ancien maire de Bogota et ex-guérillero du M-19 dissout, mais sans dépasser les 50% qui lui auraient permis de l'emporter d'entrée de jeu comme son mentor par le passé. Il succédera malgré tout au président sortant de centre-droit Juan Manuel Santos le 7 août, quelques jours après son 42e anniversaire.

Avocat diplômé en économie, Duque représente cette moitié de la Colombie «indignée» par les «concessions» à l'ex-rébellion des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), en échange de sa reconversion à la politique après plus de 50 ans de guerre. Il a promis d'effectuer des «modifications structurelles» à l'accord de 2016 qui a permis le désarmement de 7000 guérilleros.

Nous voulons que «ceux qui ont commis des crimes contre l'Humanité reçoivent des sanctions proportionnelles, incompatibles avec la représentation politique», a-t-il dit à l'AFP. Le pacte prévoit des peines alternatives à la prison pour les ex-chefs guérilleros s'ils avouent leurs crimes et dédommagent les victimes d'un conflit qui a impliqué guérillas, paramilitaires d'extrême droite et forces armées, faisant au total plus de huit millions de morts, disparus et déplacés.

Marionnette d'Uribe?

Duque, qui qualifie le président vénézuélien Nicolas Maduro de «dictateur» et «génocidaire», est aussi le porte-parole des Colombiens qui craignent que le pays suive la pente du voisin en faillite. Il est surtout la preuve que les idées du controversé mais populaire Uribe - secteur privé, valeurs traditionnelles et main de fer contre les guérillas - font toujours recette huit ans après son départ de la présidence.

Au sein de son parti, le Centre démocratique (CD), certains affirment que Duque doit tout à son mentor; l'opposition lui reproche d'en être la «marionnette», ce dont il s'est défendu à de multiples reprises. «Personne encore ne sait s'il a des critères propres ou s'il va obéir aux ordres», selon l'analyste Fabian Acuña, professeur de l'Université Javeriana.

Son premier mandat ne date que de quatre ans, comme sénateur. Mais «il a la politique dans le sang depuis tout gosse», dit José Obdulio Gaviria, un des idéologues de l'uribisme. Né à Bogota le 1er août 1976, il a appris de son père, Ivan Duque Escobar, un libéral à la longue carrière. Mais c'est Juan Manuel Santos, alors ministre, qui l'a initié dans les années 1990 comme conseiller aux Finances. Puis il a travaillé près de treize ans à la Banque interaméricaine de développement (BID). Aujourd'hui, c'est un opposant au président sortant. «Il est très dynamique dans ses relations publiques, très habile», a déclaré à l'AFP une source qui a travaillé avec lui à la BID.

«Un bon petit gars»

Aux États-Unis, il rencontre Uribe qui l'inclut dans sa liste pour le Sénat aux législatives de 2014. «Ivan est très intelligent et je suis sûr qu'il a devant lui un avenir brillant», a écrit Uribe dans son livre «No hay causa perdida» (Il n'y a pas de cause perdue, 2012).

Ses collègues du Congrès saluent son sens des responsabilités. En quatre ans, il a promu quatre lois dont la plus notable concerne la liberté d'entreprise et l'économie de l'innovation. Mais «un président doit avoir expérience, autonomie, capacité politique propre, tout ce dont manque Ivan, qui est, comme tout le monde l'admet, un bon petit gars», ajoute Roy Barreras, sénateur de la majorité présidentielle.

Son image joviale, la plupart du temps sans cravate et en jean, contraste avec ses idées conservatrices: il est contre le mariage homosexuel, l'euthanasie et la dépénalisation de la drogue. Des secteurs de l'ultra-droite et des évangéliques l'appuient.

Marié et père de trois enfants, c'est un mélomane qui, plus jeune, jouait de la basse et chantait dans un groupe rock. Aujourd'hui, il taquine encore la guitare et aime danser la salsa. Enfant, il rêvait d'être footballeur. Magicien à ses heures, l'un de ses tours les plus réussis serait d'être le plus jeune chef de l'État colombien, après le libéral Eustorgio Salgar (1870-1872) qui avait 39 ans. (afp/nxp)

Créé: 18.06.2018, 01h01

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.