Samedi 21 avril 2018 | Dernière mise à jour 07:00

Corruption Journaliste assassinée: les Maltais protestent

Le Premier ministre maltais est taxé d'inaction dans l'affaire du meurtre non résolu de la blogueuse Daphne Caruana Galizia. Des mobilisations sont en cours à Malte et l'étranger.

Le mouvement de protestation grandit de Malte à Londres dans l'absence d'avancée sur l'enquête de l'assassinat de la journaliste.

Le mouvement de protestation grandit de Malte à Londres dans l'absence d'avancée sur l'enquête de l'assassinat de la journaliste. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Valette s'est réveillée lundi couverte d'affiches à la mémoire de la journaliste et blogueuse anticorruption Daphne Caruana Galizia, assassinée il y a six mois, tandis qu'à Londres ses fils ont accusé le gouvernement maltais d'inaction.

Les affiches, posées par #OccupyJustice, un groupe militant dirigé par des femmes, détournent les titres de films connus pour attaquer le Premier ministre Joseph Muscat, son chef de cabinet et le ministre du Tourisme.

On cherche des responsables

«Daphne Caruana Galizia a été assassinée alors qu'elle dénonçait des affaires de corruption choquantes. Six mois plus tard nous n'avons toujours pas une idée de qui a ordonné ce meurtre et personne n'a assumé la responsabilité politique pour cet assassinat», a dénoncé OccupyJustice dans un communiqué.

Le groupe a aussi critiqué «les gens méprisables» qui gouvernent Malte, un pays «où l'Etat de droit se trouve à un niveau ridicule et dangereux».

Manifestation à Londres

A Londres, des dizaines de personnes se sont rassemblées devant l'ambassade de Malte, brandissant des photos de la journaliste assassinée avec le mot-dièse #JusticeForDaphne.

«Ce que nous demandons ce n'est pas seulement la justice pour ce meurtre mais aussi la justice pour les crimes sur lesquels notre mère écrivait», a déclaré à l'AFP son fils Matthew Caruana Galizia, 32 ans, en marge de la manifestation.

Secondes funérailles

«Actuellement, à Malte, nous avons une double impunité: à la fois pour le meurtre de ma mère et pour toute la corruption sur laquelle elle écrivait», a-t-il ajouté. Accompagné de son frère Paul, Matthew Caruana Galizia a décrit l'anniversaire de la mort de sa mère comme «de secondes funérailles» et dénoncé la gestion du gouvernement maltais comme «une campagne de relation publique». «Tout ce qui les intéresse, c'est comment le reste du monde voit ça et comment s'en sortir».

L'instruction concernant la mort de la journaliste est toujours en cours. Trois hommes, inculpés le 5 décembre, ont plaidé non coupables d'avoir fabriqué la bombe qui a tué la journaliste et de participation à une organisation criminelle.

Un autre groupe de militants maltais a pour sa part collé des affiches dans les principales rues de La Valette avec les mots italiens «Il silenzio è Mafia» (le silence est mafia). Une messe présidée par l'archevêque de Malte Mgr Charles Scicluna est prévue dans la soirée à La Valette. (afp/nxp)

Créé: 16.04.2018, 18h32


Sondage

Remplacer nos politiciens par des citoyens tirés au sort. Une bonne idée, selon vous?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.