Dimanche 31 mai 2020 | Dernière mise à jour 11:40

Mexique Journaliste tué: la justice rendue au «compte-gouttes»

L’association de défense de la liberté de presse dénonce des négligences dans l’enquête sur l’assassinat du journaliste mexicain Javier Valdez, en 2017.

Javier Valdez avait été assassiné en 2017 à la sortie de son bureau.

Javier Valdez avait été assassiné en 2017 à la sortie de son bureau. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Reporters sans frontières a dénoncé vendredi des «négligences» et «retards» dans le processus judiciaire autour de l'assassinat en 2017 de Javier Valdez, journaliste mexicain et collaborateur de l'AFP.

«Les négligences des autorités et les retards dans le processus font craindre qu'une fois de plus, les responsables du crime soient impunis», a dénoncé dans un communiqué l'organisation française de défense de la liberté de la presse. «Même s'il y a eu quelques avancées, la justice est rendue au compte-gouttes», a-t-elle ajouté.

Le 27 février, un juge fédéral a condamné Heriberto Picos Barraza, alias «Le Koala», à 14 ans et 8 mois de prison pour son rôle de chauffeur dans cet assassinat commis le 15 mai 2017. Le meurtre du cofondateur de l'hebdomadaire «Riodoce» et collaborateur du quotidien «La Jornada», salué pour ses enquêtes sur le trafic de drogue, avait provoqué une vague d'indignation internationale.

«Son meurtre reste impuni»

Les principaux auteurs de l'assassinat s'appellent selon l'accusation Luis Idelfonso Sanchez (tué depuis) et Juan Francisco Picos Barrueta. Picos Barraza, qui les a amenés sur les lieux, a été jugé lors d'un bref procès après avoir prêté son concours à l'enquête, qui a montré qu'il faisait partie d'un groupe de délinquants dirigé par Damaso Lopez Serrano, un narcotrafiquant aujourd'hui incarcéré aux États-Unis.

RSF exige que soit menée une «enquête pour permettre d'impliquer dans ce processus et d'extrader Lopez Serrano» et regrette que la Commission d'attention aux victimes ait «décidé de façon arbitraire, sans aucun fondement légal, d'arrêter son soutien» à la famille de Valdez. «Les avancées dans la quête de justice ne sont pas ceux que nous souhaiterions, en tant que famille (de la victime). Son meurtre reste impuni, nous ne savons pas pourquoi il a été tué, nous continuons d'attendre des réponses», a indiqué dans une lettre Griselda Triana, la veuve du journaliste.

«Ils se sont débarrassés de lui car ce qu'il écrivait ne plaisait pas à quelqu'un. Comme ça, facilement. Ils ont été plusieurs contre lui seul. En quelques secondes, ils en ont fini avec sa vie en douze tirs», écrit-elle aussi. Javier Valdez a été tué à la sortie de son bureau, après des enquêtes sur l'influence dans sa région natale de réseaux de trafiquants de drogue comme celui d'El Chapo (Joaquin Guzman), qui purge désormais une peine de prison à perpétuité aux États-Unis. (afp/nxp)

Créé: 15.05.2020, 23h12

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.