Dimanche 31 mai 2020 | Dernière mise à jour 09:06

Wikileaks Le juge Garzon va diriger l'équipe de défense d'Assange

Le juge espagnol Baltasar Garzon va diriger l'équipe de défense du site Internet WikiLeaks et de son fondateur Julian Assange

Le juge Baltasar Garzon.

Le juge Baltasar Garzon. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le juge Baltasar Garzon a récemment rencontré Julian Assange pour définir une nouvelle stratégie de défense.

Celle-ci vise à «défendre à la fois WikiLeaks et Julian Assange contre les abus de procédure existants et exposer les actions arbitraires, extrajudiciaires du système financier international» contre le site et son fondateur, explique un communiqué publié par WikiLeaks.

Réfugié depuis le 19 juin à l'ambassade d'Equateur à Londres afin d'échapper à son extradition en Suède pour une affaire de viol présumé, Julian Assange clame son innocence. Il redoute d'être transféré aux Etats-Unis et d'y être condamné à la peine capitale pour espionnage après la divulgation par son site de 250'000 télégrammes diplomatiques américains.

Baltasar Garzon a été condamné en février à onze ans d'interdiction d'exercer après avoir ordonné des écoutes, en violation des droits de la défense, dans une enquête sur un réseau de corruption qui avait éclaboussé en 2009 la droite espagnole. Le magistrat est notamment connu pour avoir fait arrêter l'ex-dictateur chilien Augusto Pinochet en 1998 à Londres. (ats/nxp)

Créé: 25.07.2012, 11h56

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.