Vendredi 29 mai 2020 | Dernière mise à jour 01:57

Colonia Dignidad Justice: une délégation allemande au Chili

La Justice allemande se penche sur Colonia Dignidad, un lieu de torture et d'abus fondé par un nazi et utilisé pendant la dictature Pinochet.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une délégation allemande se trouvait mardi en visite au Chili pour s'informer des recherches de la justice locale sur Colonia Dignidad. Ce lieu de tortures et d'abus sexuels a été fondé par un ancien nazi et utilisé durant la dictature d'Augusto Pinochet (1973-1990).

Le juge chilien Mario Carroza a rencontré lundi pendant près de deux heures les membres de cette délégation, des représentants du parquet et du ministère de la Justice allemands. Il leur a remis des informations sur l'enquête en cours contre ceux qui dirigeaient cette enclave, ont indiqué les autorités judiciaires.

Créé en pleine nature dans le sud du Chili en 1961, Colonia Dignidad ou la «colonie de la dignité» se voulait un village familial idyllique où les hommes se consacraient à l'agriculture, les femmes aux tâches domestiques, pendant que les enfants apprenaient à danser et à chanter.

Esclavage, torture, abus sexuels...

En réalité, son fondateur, un ancien caporal SS, Paul Schäfer a régné avec brutalité sur cette communauté allemande de quelques centaines de personnes, les soumettant à de sévères règles de conduite allant jusqu'à l'esclavage. Et il a multiplié les abus sexuels sur les enfants.

Après sa fuite en 1997, les Chiliens ont découvert que l'enclave allemande avait aussi été un enfer pour les opposants à la dictature. Nombre d'entre eux y ont été torturés ou ont disparu là-bas.

Toujours en liberté

«Nous avons partagé des informations, fourni des documents et (évoqué) la possibilité que des témoins soient entendus en Allemagne», a déclaré le juge Carroza aux journalistes.

Le procureur allemand Axel Stahl, membre de la délégation, a demandé des informations sur le médecin Hartmut Hopp, considéré comme la main droite de Schäfer, condamné au Chili à 20 ans de prison pour homicide et abus sexuels sur mineurs. L'homme a fui en Allemagne, où il réside actuellement.

Berlin a reçu une demande du Chili pour que Hartmut Hopp purge sa peine en Allemagne. Mais un appel déposé par ce dernier le maintient à ce stade en liberté.

Villa Baviera

Le juge chilien a par ailleurs sollicité la possibilité d'interroger en Allemagne des personnes pouvant être impliquées ou avoir des informations sur Colonia Dignidad. Finalement arrêté en 2005 en Argentine, Paul Schäfer a été condamné à 20 ans de détention pour abus sur mineurs et tortures. Il est décédé en prison en 2010 à l'âge de 88 ans.

Colonia Dignidad a depuis été transformé en un centre touristique et agricole, sous le nom de Villa Baviera. (ats/nxp)

Créé: 25.04.2018, 02h18

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.